Lutte contre les faux médicaments en Afrique : Faure Gnassingbé et ses pairs donnent un signal fort au reste du monde

106 0

©AfreePress-(Lomé, le 18 janvier 2030)- Le sommet international sur le trafic et la consommation des faux médicaments s’est tenu samedi 18 janvier 2020 à Lomé sous la présidence du Chef de l’État togolais, Faure Gnassingbé. Il avait à ses côtés les Présidents Yoweri Museveni de l’Ouganda et Macky Sall du Sénégal.

Cette rencontre de haut niveau a également enregistré la présence des Ministres représentants les présidents du Ghana, du Niger, du Congo Brazzaville, de la Gambie, ainsi du Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, du Conseiller exécutif du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), Hilale Omar et d’autres personnalités. Dans son discours d’ouverture, le Chef de l’État togolais a rappelé le contexte de l’initiative de Lomé. L’originalité de l’initiative de Lomé est double, a-t-il dit .

« Pour la première fois, elle est portée par des États africains et elle repose sur un fondement politique fort, à savoir l’engagement que nous allons prendre tout à l’heure en signant la déclaration de Lomé », a-t-il lancé.

« Ce qui se joue aujourd’hui concerne directement tous les peuples du monde et plus particulièrement l’Afrique. Nous menons ici un combat pour la santé, le bien-être de tous, l’accès à des soins de qualité et à des tarifs abordables. Un combat qui témoigne de notre foi dans l’avenir, le futur de nos enfants », a ajouté celui-ci.

Pour Faure Gnassingbé, il s’agit d’engager les pays respectifs dans une initiative sans précédent en lançant une lutte résolue et efficace contre le trafic des médicaments falsifiés.

« Ce jour est important car c’est la première fois que nous Africains, nous nous emparons nous-mêmes des problèmes des faux médicaments et de leur trafic, un fléau dont sur notre continent. L’Afrique doit prendre en main son destin et s’engage dans la lutte contre ce trafic mortifère », a-t-il insisté en appelant les autres chefs d’État africains à prendre également conscience de la situation », a-t-il déclaré.

Les Chefs d’État se sont engagés à mettre en place les structures et les législations nécessaires pour endiguer ce trafic et criminaliser ses différentes formes. Le sommet de Lomé a été marqué par la signature d’une déclaration politique qui servira d’accords cadre et de feuille de route pour la lutte contre les faux médicaments.

Raphaël A.

Lire Aussi :   Le Togo passe à 16 cas confirmés du coronavirus

Articles en relation

× AfreeWazapNews, des questions ?