Affaire Agbeyomé Kodjo : Le candidat dans le collimateur du Procureur de la République

117 0

©AfreePress-(Lomé, le 11 mars 2020)- C’est le procureur de la République, Essolissam POYODI qui est à l’origine de la convocation de Messan Agbéyomé Kodjo, par l’Assemblee nationale ce mercredi.

Le patron du parquet de Lomé annonce des poursuites pénales contre Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, candidat à l’élection présidentielle du 22 février dernier au Togo.  Dans une lettre adressée mardi à la Présidente de l’Assemblée nationale, M. Essolissam Poyodi demande tout simplement la levée de l’immunité parlementaire du député Agbéyomé Messan Kodjo.

Le candidat de la dynamique Mgr Kpodzro est accusé d’avoir adressé un message aux forces de défense et de sécurité en sa qualité de futur Président de la République alors qu’il était en campagne en « faisant abusivement usage des symboles de l’État, tout comme lors de son investiture à la paroisse Saint Kizito par Mgr Kpodzro ».

La justice lui reproche aussi d’avoir relayé sur les médias nationaux et internationaux, en l’occurrence sur RFI, « des accusations portées par Mgr Kpodzro contre le Chef de l’État, les membres du gouvernement et autres responsables de l’État d’avoir orchestré les incendies des grands marchés de Lomé et de Kara » alors même que l’examen de cette affaire est en cours devant les instances judiciaires compétentes.

« Cette situation a nécessité l’intervention du ministère de la Justice le 6 mars 2020 à titre de rappel à la loi à tous les acteurs politiques. Malgré cette invite à plus de responsabilités, le député Agbéyomé Kodjo a persisté dans ses propos et agissements en s’autoproclamant Président de la République élu du 22 févier 2020, préalablement à la proclamation des résultats provisoires par la CENI », accuse le procureur.

« Après avoir procédé à la nomination le 2 mars 2020, d’un supposé Premier ministre en la personne du sieur Antoine Koffi Nadjombé, il s’est adressé le 3 à la nation et aux forces armées togolaises invitant celles-ci à se mobiliser autour de sa personne de prétendu chef d’État et chef suprême des armées ». Pour le procureur de la République, les propos et agissements du député sont d’une « extrême » gravité et de nature à troubler indubitablement l’ordre public et à mettre en danger la sécurité nationale.

« En s’érigeant en Président de la République élu au mépris des résultats définitifs de la Cour constitutionnelle et en procédant aux actes subséquents (nomination d’un Premier ministre, création d’un site web officiel)…, le député accomplit ainsi entre autres des actes subversifs, ce faisant, il tente de supprimer les institutions de la République régulièrement établies. Ces propos et agissements ci-dessus évoqués rentrent dans les prévisions des dispositions pénales et reçoivent les qualifications de troubles aggravés à l’ordre public, de diffusion de fausses nouvelles, de dénonciation calamiteuse et d’atteinte à la sûreté et la sécurité intérieure de l’État », indique le procureur qui explique sa procédure par le souci de préserver l’ordre public et la paix sociale.

Il faut noter que le candidat de la dynamique Kpodzro est appelé à se présenter devant une commission spéciale de l’Assemblée nationale ce mercredi à 9h. Certainement pour assister à la procédure de levée de son immunité parlementaire.

Raphaël A.

Lire Aussi :   Violences post-électorales : La jeunesse togolaise appelle à la responsabilité de tous

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?