Climat des affaires : Sandra Johnson parle des nouvelles réformes réalisées par le Togo

108 0

©AfreePress-(Lomé, le 18 mars 2020)- La Cellule Climat des Affaires (CCA-Togo) a présenté mercredi 18 mars 2020 à la presse, les nouvelles réformes réalisées par le Togo au cours de ces derniers mois en matière d’amélioration de l’environnement des affaires dans le pays.

C’était lors d’une rencontre d’échanges présidée par Mme Sandra Ablamba Johnson, Coordinatrice de la CCA-Togo en présence du président de la Chambre nationale des Notaires du Togo, Me Tsolégnanou Koffi et du président de l’Observateur Togolais des Médias, Aimé Epké.

Après le lancement officiel, le 31 octobre 2019 du rapport Doing business 2020, le gouvernement poursuit son travail d’amélioration du climat des affaires dans le pays.

L’objectif selon Mme Sandra Ablamba Johnson, est de faire du Togo, la première destination des investisseurs du monde entier.

« Au regard des attentes pressantes des populations qui nourrissent l’espoir légitime dans la mise en œuvre du Plan national du développement (PND), le gouvernement n’a pas hésité à poursuivre les réformes entreprises parfois audacieuses avec en première ligne, la satisfaction des secteurs privés. Lors du lancement officiel du rapport Doing business 2020, nous nous sommes engagés à approfondir les réformes entamées et à nous attaquer à d’autres indicateurs importants pour faciliter les investissements », a-t-elle indiqué.

Ainsi, la Cellule Climat des affaires annonce la réalisation et le renforcement de plusieurs indicateurs au cours de ces derniers mois. Il s’agit entre autres de l’exécution de contrats qui visant à garantir la sécurité juridique et judiciaire des investissements, le paiement des taxes et des impôts marqué par la suppression des impôts (promotion de la transparence pour lutter contre la corruption), l’accès à l’énergie (raccordement à coût réduit, le remboursement des avances sur consommation, etc.)

Lire Aussi :   Programme Novissi : Plus de 8 milliards de FCFA déjà dépensés

À ces réformes, s’ajoutent celles relatives au permis de construire, au commerce transfrontalier avec à la clé la dématérialisation de toutes les procédures douanières, le branchement gratuit à l’eau potable pour les PME/PMI, la création d’entreprises, l’obtention de prêts avec le renforcement du dispositif de sûretés mobilières au profit des banques en plus de l’accompagnement du bureau d’information de crédit, le transfert de propriété (le Togo est le premier pays de la sous-région en la matière).

Pour la ministre conseillère du Président de la République, ces nouvelles réformes permettront au Togo d’atteindre ses objectifs de développement en passant par la réalisation de son PND 2018-2022.

« Ces multiples réformes s’inscrivent dans la droite ligne de la vision du Chef de l’État, Faure Gnassingbé qui assure le leadership institutionnel et donne l’impulsion et l’orientation nécessaires aux actions menées par la cellule », a-t-elle précisé.

Il faut noter que le Togo est classé 1er pays le plus réformateur en Afrique et 3e au monde par le classement Doing Business 2020 de la Banque Mondiale.

Raphaël A.

Articles en relation

× AfreeWazapNews, des questions ?