Papson Moutité rompt le silence et donne enfin sa part de vérité

773 0

©AfreePress-(Lomé, le 19 mai 2020)- La libération de l’artiste Komlan Amouzou Midodji, alias Papson Moutité après son arrestation pour violences à caractère sexuel sur plusieurs jeunes filles, est à au centre de tous les débats. 


Pour répondre à la polémique, l’artiste a choisi les ondes de la radio Kanal Fm. Il s’est dit victime d’une cabale et a rejeté les accusations portées contre sa personne. Il a profité de cette occasion pour dévoiler les « réelles » raisons de sa libération provisoire de prison après avoir passé plusieurs semaines en détention à la prison civile de Lomé.

« J’étais malade avant que cette histoire ne commence, donc ce qui vaut aujourd’hui cette libération c’est parce que le Ministère de la Santé a bien voulu prendre en compte mon état de santé et me permettre d’aller me faire soigner. Ils estiment que je dois être en bonne santé pour répondre à la justice et faire face à ce que ces gens disent. Je continue par dire haut et très fort que si je suis libéré, ce n’est pas parce que quelqu’un a voulu que je sois dehors, mais la santé d’un détenu ou d’un coupable est importante aussi. Donc j’ai un certificat de santé qui m’a permis de sortir pour suivre des soins », a-t-il laissé entendre au micro de radio Kanal FM.

Papson Moutité selon les informations, souffre de troubles de comportements depuis plus de 12 ans et faisait l’objet d’un suivi psychiatrique. Il est également porteur d’une sinusite chronique et n’arrive plus à s’alimenter par voie orale depuis près d’un mois.

Lire Aussi :   Nana Akufo-Addo nouveau Président de la CEDEAO

S’agissant des accusations de viol et de violences aggravées sur des femmes ayant conduit à son arrestation, l’artiste jure n’avoir rien fait.

« Je n’ai jamais violé qui que ce soit comme les gens le disent. Ma moralité ne me permet pas de faire de la pornographie sur une personne que Dieu a bénie. Je ne sais pas ce qui me manque pour violer une personne. Je peux faire des bêtises, mais aller jusqu’à violer une personne, je ne peux jamais le faire. La main sur la conscience, ce n’est pas la fille avec qui je vais coucher qui manque à Lomé. Je ne vais pas me vanter, mais je ne suis pas homme à manquer de femme », a-t-il laissé entendre.

L’artiste met par ailleurs au défi, ceux qui l’accusent de viol. Il dit être plutôt la victime dans cette affaire.

Mais il reconnaît être coupable d’une seule chose. « Je regrette de n’avoir pas pu maîtriser la colère en tant que chef d’entreprise », a-t-il déclaré.


Raphaël A.

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?