Bavures et assassinats : Le Front Citoyen Togo Debout appelle la justice à faire son travail

199 0

©AfreePress-(Lomé, le 28 mai 2020)- « Les bavures policières et assassinats » enregistrés au Togo en cette période d’état d’urgence sanitaire, continuent de susciter l’indignation des acteurs de la société civile et des défenseurs des droits de l’Homme à l’instar du Front Citoyen Togo Debout (FCTD).

Face à la presse mercredi 27 mai 2020 à Lomé, ce regroupement d’organisations de la société civile a eu à dénoncer les nombreuses bavures policières commises sur des citoyens dans le pays ces derniers mois et réaffirme sa détermination à multiplier des actions afin que justice soit rendue.

Le bilan dressé par le Front Citoyen Togo Debout en l’espace des trois derniers mois est plutôt amer.

« Le 11 avril dernier, Kodjossé Gueli a été assassiné par des éléments des forces de sécurité qui l’ont torturé et lui ont écrasé les testicules. Le 20 avril, un jeune homme est retrouvé mort au niveau du 4e lac à Akodessewa. Le 21 avril, un autre homme est retrouvé mort sur le Boulevard Houphouët Boigny à Gbenyedji. Le nommé Dodji Koutouatsi a été battu à mort le 22 avril par des éléments des forces de sécurité alors qu’il était sorti pour ses besoins naturels. La folie meurtrière s’est poursuivie avec l’assassinat du Colonel Bitala Madjoulba, chef corps du 1er Bataillon d’Intervention Rapide des Forces Armées Togolaises, égorgé et laissé sans vie dans son bureau, et surtout Mohamed Agbende-Kpessou, tué par balle réelle le 21 mai dernier en plein jour », a égrené l’organisation qui invite la justice togolaise à faire son travail.

Lire Aussi :   Campagne présidentielle : A Tohoun, le peuple Adja promet une "victoire écrasante"  à Faure Gnassingbé

Les responsables du FCTD ont débuté leurs actions de dénonciation par le dépôt de gerbes en mémoire de Agbende-Kpessou et de M. Koutouatsi, froidement abattus par les éléments des forces de l’ordre respectivement à Avedji Sun City et à Adakpamé.

Le Front citoyen Togo Debout attend par ce geste symbolique, dire non à l’impunité.

« Désormais, un cortège funéraire hebdomadaire sera organisé jusqu’à ce que la justice parvienne à punir les coupables de ces crimes atroces », a déclaré Prof David Dosseh, porte-parole du FCTD.

Raphaël A.

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?