Agbeyomé Kodjo exige la libération « immédiate » de 11 de ses militants

78 0

©AfreePress-(Lomé, le 24 juin 2020)-Face à la presse mercredi 24 juin 2020, la dynamique Mgr Kpodzro a exigé la libération « immédiate et sans condition » de ses seize (16) membres arrêtés « arbitrairement » le 21 avril 2020 et détenus dans les prisons du Togo.

D’après la dynamique, onze (11) de ces 16 prisonniers croupissent actuellement à la prison civile de Tsévié après un jugement “sommaire” dans les locaux de la gendarmerie le 1er juin 2020 en l’absence de leurs avocats.

Pour Gabriel Messan Agbeyomé Kodjo et ses collaborateurs, les circonstances de leur procès, qu’ils qualifient “expéditives” et en catimini, contrastent avec les pratiques usuelles en la matière et témoignent de la partialité du Tribunal qui a examiné leur cause.

« Tous sont condamnés à un an de prison assorti de huit mois de sursis, pour flagrant délit de rébellion et complicité de rébellion. Il est évident qu’ils n’ont pas eu droit à un procès équitable, car leurs droits à la défense n’ont pas été respectés, mais plutôt bafoués », a dénoncé la dynamique exigeant leur libération immédiate et sans condition.

Les leaders de cette dynamique estiment que le maintien de ces jeunes dans les liens de détention relève de l’arbitraire à l’instar de la persécution politique dont le président Dr Gabriel Agbeyomé Messan Kodjo fait l’objet.

La dynamique a profité de l’occasion pour lancer un appel à l’ONU, à la France, à l’Allemagne, aux États-Unis à l’Union Européenne, à la CEDEAO et à l’Union africaine afin qu’ils interviennent auprès du gouvernement pour obtenir le respect de la séparation des pouvoirs et pour le respect des droits de l’Homme.

Lire Aussi :   El Hadj Arimiyao TCHAGNAO : « Rien ne peut aujourd'hui jouer contre ce qui a été vu par les observateurs et confirmé par la Cour constitutionnelle »

Elle fait également appel à la commission des droits de l’homme et des peuples de l’Union Africaine, à Amnesty international ainsi qu’à d’autres organisations de défense des droits de l’homme à user de tous les moyens nécessaires pour faire pression sur le gouvernement afin de l’obliger à libérer les “détenus politiques”.

Raphaël A.

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?