Un vaste réseau de voleurs de motos et de production de fausses pièces de motos démantelé

203 0

©AfreePress-(Lomé, le 27 juin 2020)- La Police nationale vient de démanteler deux réseaux de criminels dont l’un spécialisé dans le vol de motos et l’autre dans la production de fausses pièces de motos. Il s’agit de douze (12) individus, tous de nationalité togolaise et qui opèrent sur le sol togolais. Ils ont été présentés à la presse vendredi 26 juin 2020 par la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ).

D’après la DCPJ, tout a commencé avec l’interpellation du premier réseau dans la nuit du 16 au 17 juin 2020, par une patrouille de la force spéciale mixe anti-pandémie Covid-19 sur une moto volée.

« Les nommés : Sodoga Sossa et Adji Mawuko se sont introduits dans le domicile d’un citoyen sis à Adjidogomé où ils ont réussi à emporter sa moto. Dans leur retraite et du fait de la fermeture des frontières, ils ont requis le service d’un passeur, le nommé Ajavon Raymond pour les aider à rejoindre le Ghana avec l’engin volé », a indiqué Douti Yendoubé, commandant de la brigade de recherche et d’investigation à la DCPJ.
Quant aux faussaires interpellés par la police, il s’agit d’une bande bien organisée et composée de démarcheurs, de receleurs, de mécaniciens et d’informaticiens qui agissent selon la police, avec la complicité de certains agents véreux de la Direction des transports routiers et ferroviaires (DTRF).

« Le nommé Sorssi Agbéssi, magasinier à la direction des transports routiers et ferroviaires est approché par le nommé Afangbédji Charles, un démarcheur à la solde des voleurs de motos et des vendeurs de motos d’origine frauduleuse. Au mépris des formalités conventionnelles requises pour l’obtention des plaques d’immatriculation, cet agent véreux de la DTRF soustrait frauduleusement et met à la disposition d’Afangbédji, des plaques régulièrement fabriquées par son institution à l’insu de ses supérieurs hiérarchiques. Les autres faussaires au rang desquels, on compte un imprimeur interviennent pour fabriquer des cartes crises, des fiches de visite technique et des plaques d’immatriculation déjà en leur possession », explique le Commandant de brigade.

Lire Aussi :   Sécurité : Des Togolais sous les verrous pour avoir violé les frontières ivoiriennes

Ces étapes finies, poursuit l’officier de police, les faussaires livrent les pièces ainsi que la plaque d’immatriculation à leurs clients qui circulent avec ces pièces d’apparence vraie mais qui, en réalité ne sont pas enregistrées dans la base de données de la DTRF, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, la perquisition des domiciles des accusés a permis à la police de découvrir et de saisir, 21 motos d’origine douteuse, 24 moteurs de motos de différentes marques, 7 gentes, des pneus et d’autres accessoires de moto. L’enquête a également permis à la police de saisir 7 plaques minéralogiques ainsi que 2 ordinateurs servant à la fabrication de documents.

Occasion pour la DCPJ d’inviter la population à recourir aux services de la DTRF, seule structure publique habilitée à délivrer les permis de conduire ainsi que les pièces et documents afférents à la conduite d’un véhicule à moteur. « Toutes les démarches parallèles exposent leurs auteurs à la rigueur de la loi », a-t-il averti.

Raphaël A.

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?