Droits de l’Homme et impunité au Togo : Sept OSC unies pour des actions collectives

229 0

©AfreePress-(Lomé, le 16 juillet 2020)-Mener des actions collectives pour le respect des droits de l’Homme et de la lutte contre l’impunité au Togo. C’est la mission que s’est assignée l’initiative dénommée : « Action solidarité citoyenne. N’oublions pas les victimes ». Une initiative lancée officiellement mercredi 15 juillet 2020 par un groupe d’organisations de la société civile togolaises.

Composé de sept (7) associations de défense des droits humains à savoir : Amnesty International Togo, le Collectif des Associations de Lutte contre l’Impunité au Togo (CACIT), le Front Citoyen Togo Débout (FCTD), la Ligue Togolaises des Droits de l’Homme (LTDH), le Mouvement la Patrie d’Abord, le Mouvement Martin Luther King (MLLK) et Novation internationale, ce groupe attend peser sur les autorités du pays afin de les amener à prendre des mesures juridiques et pratiques pour veiller à ce que « toutes personnes soupçonnées de crimes fassent l’objet d’une enquête, soient poursuivies et sanctionnées si elles sont reconnues coupables devant les juridictions nationales impartiales et indépendantes », d’une part et d’autre part « à rendre publics les modalités et les rapports de toutes les enquêtes conduites par le gouvernement sur les violences des droits de l’Homme ».

Spécifiquement, cette initiative d’après ses porteurs, vise entre autres, à renforcer ou encourager le débat sur les violences des droits de l’Homme et la lutte contre l’impunité au Togo; amener les autorités à prendre des engagements fermes sur le respect des droits de l’Homme et la lutte contre l’impunité, susciter plus d’intérêts auprès des autorités sur la question des réparations des préjudices subis par les victimes de torture tout en respectant le principe de séparation des pouvoirs et enfin, obtenir l’appui des partenaires du Togo sur le respect des droits de l’Homme et le renforcement de l’Etat de droit.

Lire Aussi :   Le maire de la commune d'Agoè- Nyivé-4 sort de son silence et balance : « Il y a un conseiller qui a créé un réseau parallèle qui vendait des tickets...»

Pour Prof. David Dosseh,  premier responsable du groupe, l’atteinte de ces objectifs permettra de contribuer à la manifestation de la vérité et à l’effectivité de la justice sur les violations des droits de l’Homme et de mener des actions de solidarité en faveur des victimes directes et indirectes.

« Nous avons assisté à beaucoup de violences de la part des éléments des forces de défense et de sécurité à l’endroit des citoyens et malheureusement nous avons le sentiment que c’est la répétition de ce que nous avons toujours connu au Togo. Les coupables de ces violences ne sont presque jamais identifiés et punis devant la loi. Donc c’est important pour nous de nous unir pour dire à l’autorité qu’il est temps que cela cesse », a-t-il lancé.

Le groupe compte également mener des actions en faveur des familles des victimes afin de leur témoigner la compassion de la société civile.

Raphaël A.

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?