Détournement de 500 milliards : Un audit du CSFPP annoncé pour situer l’opinion

274 0

©AfreePress-(Lomé, le 19 juillet 2020)-Le gouvernement à travers le ministère du Commerce, de l’industrie, du développement, du secteur privé et de la promotion de la consommation locale, se saisit de l’affaire de détournement d’environ 500 milliards Francs Cfa dans le secteur des hydrocarbures.

C’est ce qu’a annoncé vendredi 17 juillet 2020, le Coordonnateur du Secrétariat technique du comité de suivi des fluctuations des prix des produits pétroliers (CSFPP), Komlan Kondo au cours d’un entretien sur la Télévision nationale (TVT).

Il s’est agi pour le coordonnateur de situer l’opinion sur la mission de cette structure.

« Le décret N°2010-146/PR du 26 novembre, charge fondamentalement le CSFPP et ses autres organes, d’une mission de régulation et plus précisément de mise en œuvre du mécanisme d’ajustement automatique des prix à la pompe des produits pétroliers », a-t-il rappelé.

Se prononçant sur l’affaire de détournement de 500 milliards révélée par le journal L’Alternative, le Coordonnateur du CSFPP a évoqué deux possibilités dans son exercice de démonstration.

« (…)  Ici, il est très difficile de parler de concussion possible. Parce que l’élément dénié public n’existe pas. Pour ce qui est du délit d’initié, c’est un délit de marché et suppose que l’auteur détient de par sa position, une information privilégiée qu’il manipule lors des transactions boursières aux fins d’engranger des gains en sa faveur et en temps opportun », a-t-il précisé.
Selon Komlan Kondo, l’usage des marchés pétroliers est du ressort des traders (fournisseurs) et non du CSFPP.
« De plus la fixation des deux composantes du prix CAF des produits, est définie de manière à ce que, aucune partie au contractant ne tire profit d’une quelconque manipulation illicite. (…) il n’y a pas possibilité de dire qu’il y a manipulation à quelque part. A titre illustratif, nous pouvons dire que de janvier 2017 à juin 2020, les payements effectués aux différents traders adjudicataires sont estimés à environ 415 milliards de FCFA. Et ceci sans jamais enregistrer d’incident de payement vis-à-vis des traders adjudicataires. Additionner cette somme payée en trois années et demie aux 400 ou 500 milliards qui seraient détournés sur le dos de l’Etat, chacun pourra se faire sa religion », a-t-il expliqué.

Lire Aussi :   Covid-19 : Une bonne nouvelle pour les commerçants des marchés de Lomé

Il a pour finir rassuré sur le fait que le gouvernement prenait au sérieux, la révélation du journal et attendait faire la lumière dans ce dossier.

« Le ministre du Commerce a donné des instructions afin que des audits soient menés afin de rétablir la vérité dans ce dossier. Nous avons fait des démonstrations, donc ça n’empêche pas d’aller vérifier et c’est ce qui sera ou est en train d’être fait. El là, si malversations il y a, les auteurs seront poursuivis conformément aux textes en vigueur », a laissé entendre Komlan Kondo.

Raphaël A.

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?