Mme Nakpa POLO sur l’affaire « Sextape » : « La détention de ces apprenants (…) aurait des impacts sur le reste de leur cursus…  »

99 0

©AfreePress-(Lomé, le 24 juillet 2020)-La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) suit de très près, l’affaire de « sextape » des élèves de plusieurs écoles publiques et privées de la capitale. Une affaire qui vient de connaître une fin heureuse avec la libération des élèves interpellés.

Dans cette interview accordée aux médias, la Présidente de la CNDH revient sur les actions menées par son institutions en vue d’un règlement holistique de cette affaire, ce dans le respect des droits des incriminés.

Lisez plutôt…

Bonjour Mme la présidente. Depuis quelques jours, il y a une affaire qui défraie la chronique : affaire de « sextape ». La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) en est-elle au courant? Et quelles sont les actions qu’elle a menées?

Mme Nakpa POLO : Effectivement, la CNDH a appris cette affaire par le canal des réseaux sociaux. Le comportement des élèves en question est déplorable et condamnable, il s’agit d’images obscènes qui heurtent les meurs de notre société.

Dès qu’elle a appris l’interpellation, le 16 juillet 2020 de plusieurs auteurs présumés, la CNDH a pris attache avec le ministre de la Justice, puis le Procureur de la République.

Selon les informations recueillies auprès de ceux-ci, cent quatre (104) élèves présumés auteurs des images obscènes sur les réseaux sociaux ont été interpellés.

C’est ainsi que la CNDH a rendu visite aux élèves gardés à vue les 21, 22 et 23 juillet 2020. Elle a eu des entretiens d’une part avec les responsables des lieux où ces enfants sont gardés, et d’autre part avec les élèves eux-mêmes et certains de leurs parents.

Lire Aussi :   Interview Dr Pierre Lamadokou, SG de la FTF : « La FTF s’est endettée pour subventionner le championnat »

Il ressort des entretiens que les élèves ont bien été traités. Ils reçoivent les visites de leurs parents qui leur apportent à manger au moins deux fois par jour.

Ils bénéficient également de soins de santé pour ceux qui en ont besoin.
Parallèlement aux visites, la CNDH a mené des actions de plaidoyer en direction du ministère des Enseignements primaire et secondaire en vue d’un règlement holistique de cette affaire. Par ailleurs, elle est en contact permanent avec le ministre de la Justice dans le cadre du suivi.

Que pensez-vous de la sentence prononcée par le juge ce 23 juillet 2020 ?

Mme Nakpa POLO : La CNDH était représentée dans la salle d’audience de même que certaines organisations de défense des droits de l’homme.
Il faut noter également que tous les prévenus ont bénéficié de l’assistance de leurs avocats.

Nous pensons que le juge est allé dans la bonne direction en prononçant des relaxes et des sursis. Il a donc pris en compte l’intérêt supérieur de ces jeunes élèves.

Car, le fait que les mêmes actes aient été posés dans d’autres pays de la sous-région, notamment le Bénin, le Sénégal et la Côte d’Ivoire peut amener à penser que ces apprenants ont été négativement impactés par les réseaux sociaux.

La détention de ces apprenants n’est pas la solution idoine. Elle aurait eu des impacts sur le reste de leur cursus en cette période de révision surtout si les concernés ne passent pas leurs examens.

De plus, la stigmatisation et la diabolisation dont ces apprenants, en particulier les mineurs sont victimes, seront dévastateurs pour leur équilibre psychologique.

Lire Aussi :   Election au CONAPP/Jean-Paul AGBOH-AHOUELETE : « Je ne m’abstiendrai ni ne voterai blanc le jour de l’élection »

La CNDH en appelle à la responsabilité des parents et des éducateurs s’agissant de l’utilisation de téléphones et des réseaux sociaux par les élèves.

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?