Ohin Elliott accusé de « pratique malsaine » à l’UFC : Ses soutiens protestent et mettent en garde

296 0

©AfreePress-(Lomé, le 5 août 2020)-Dans une mise au point transmise lundi 3 août 2020, à la rédaction de l’Agence de presse AfreePress, le « bureau directeur » de l’Union des Forces du Changement (UFC) annonçait sa totale désapprobation des propos tenus par Dr Ekué Folly GADA, « Conseiller » de Gilchrist Olympio (Président national du parti), le 2 août 2020 sur les ondes de la Radio Pyramide FM. Des propos relatifs aux actions que mène l’UFC dans le silence pour une alternance « pacifique » au Togo dans les 10 ans à venir.

« L’UFC tient à signaler que le sieur Folly Ekué GADA, qui est à l’origine de ces déclarations, n’est pas membre du bureau directeur du parti et n’est nullement mandaté pour parler en son nom », avait signifié le Bureau Directeur.

La réponse du berger à la bergère n’a pas tardé. Dans un droit de réponse, Dr Ekue F. GADA apporte une clarification « circonspecte » à cette sortie en lui déniant toute « légitimité », qui dit-il, n’est pas officiel ni ne jouit, facteur importantissime à l’UFC, de l’approbation du Président National.

Pour lui, le communiqué en question a été écrit, « précipitamment », par M. Ohin Elliott ou sur son instruction directe. Ce qui a-t-il insisté, n’est donc pas du Bureau Directeur.

Dr Ekue GADA ne mâche pas ses mots. Il accuse M. Ohin Elliott, également cadre de l’UFC, de tenter de ternir sa légitimité dans la presse et met en garde ce dernier.

« Si M. Ohin Elliott ne se décide pas à mettre un terme à cette pratique malsaine qui consiste à se prendre pour le Bureau Directeur de l’UFC, à s’attaquer dans la presse à notre légitimité, et pire à s’insurger de manière subreptice contre la ligne politique officielle imprimée par le Président National, des dispositions seront pour l’y contraindre. La récréation doit prendre fin », a-t-il conclu.

Lire Aussi :   Développement personnel et sociocommunautaire : Compassion International Togo s’engage pour une jeunesse plus responsable

Vive réaction de protestation de la part des soutiens de l’accusée en direction de l’accusateur. « Ils ont fait une erreur. C’est de croire que la maison est vide, la maison est abandonnée et que tout le monde peut venir en profiter. Mais quand ils sont arrivés ils se sont rendus compte qu’à l’UFC c’est toute une autre organisation. Nos réunions ne se tiennent pas sur la toile mais au siège de l’UFC. Qu’ils viennent au siège et on va discuter. Les agitations, les titres pompeux, ça peut rester dans les colonnes des médias. M. Olympio a été sidéré par cette déclaration de M. GADA. Il a d’ailleurs appelé le Vice-président, Elliott Ohin pour lui dire qu’il se désolidarise de cette réaction et que ce n’est pas lui qui a demandé à M. GADA de faire cette déclaration. Nous savons aussi qu’il y a de ces individus autour du président à Paris qui s’agitent beaucoup. Nous sommes de ce parti et nous faisons au moins 24 ans à l’UFC. Que ceux qui sont venus la nuit précédente arrêtent de vouloir nous donner des leçons. M. GADA s’il a des ambitions, il est libre de les défendre mais l’UFC n’est un tremplin. L’UFC n’est pas une mare aux canards », a martelé l’ancien l’ancien Secrétaire d’Etat, Assogba Komi. De quoi redonner vie à cette passe d’armes entre les militants du parti dont le président occupe actuellement le poste de chef de fils de l’opposition au Togo.

Le feuilleton ne fait que commencer, peut-on se dire.

Raphaël A.

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?