Conflit ouvert entre l’ATOE et la CCIT : Tchindé Wiyaou livre sa part de vérité

199 0

©AfreePress-(Lomé le 25 août 2020)- Le torchon continue de brûler entre l’Association togolaise des opérateurs économiques (ATOE) et le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT), Germain Méba. Face à la presse, mardi 25 août 2020 à Lomé, le président de l’ATOE, Tchindé Wiyaou a craché ses vérités à M. Méba et donné sa version des faits sur l’affaire qui oppose son association au président de la CCIT depuis 2019 jusqu’à maintenant.

« C’est depuis 2019 que nous avions introduit une demande de carte pour une soixantaine d’opérateurs économiques membres de notre association. Et depuis ce temps le président de la CCIT refuse, pour des raisons que j’ignore, de nous délivrer ces cartes. Alors que  nous avions payé pour chacune, le droit d’adhésion, d’un montant de 15.000 F Cfa. Et sans cette carte, nos membres sont privés de certaines privilèges et avantages que jouissent d’autres opérateurs économiques du pays. C’est après avoir fait plusieurs démarches envers les autorités compétentes du pays, en l’occurrence le ministre du Commerce, que M. Méba a commencé par délivrer les cartes de bout-en-bout, et dans des conditions très embêtantes. Mais pourtant nous avons constaté à travers le registre de la CCIT que chaque jour, le président délivre des cartes à des opérateurs qui en ont fait la demande à une date pas plus lointaine que la nôtre. Jusqu’aujourd’hui, une vingtaine de cartes de nos membres ne sont pas retirées. Le président choisit ceux qui sont de son camp. Alors que la  CCIT est une institution publique et non une propriété privée de Germain Méba. Son idée est de nous exclure des élections consulaires de décembre prochain », a laissé entendre, Tchindé Wiyaou.

Lire Aussi :   Programme Novissi : Plus de 169 millions FCFA décaissés dans les deux premiers jours

L’homme va plus loin et affirme que l’ATOE est « en proie à une cabale » organisée par le résident de le CCIT. Il dénonce également les acharnements qui sont exercés selon lui, par M. Méba contre certains membres de son association, jusqu’à traduire ces derniers à la Direction de la Police Judiciaire (DPJ) à la date du 27 juillet 2020.

Pour finir, Tchindé Wiyaou fait appel aux autorités du pays afin qu’elles ramènent le président de la CCIT à la raison et qu’il arrête de violer les droits des « honnêtes » opérateurs économiques.

Anika A.

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?