2ème jour de grève dans l’éducation : La FESEN appelle à l’intensification du mouvement

128 0

©AfreePress-(Lomé, le 17 novembre 2020)- Les enseignants réunis au sein de la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN) et de la Coordination des Syndicats de l’Éducation du Togo (CSET) ont effectivement observé lundi 16 novembre 2020, une cessation de travail sur toute l’étendue du territoire national.

 

Les activités pédagogiques ont été paralysées dans la majorité des établissements scolaires du pays, a appris l’Agence de presse AfreePress.

 

« Nous sommes en contact direct avec nos collègues à l’intérieur du pays. Les gens nous renseignent à chaque heure. Je peux vous dire que la grève est suivie à plus de 90% »,  s’est félicité le Secrétaire général de la FESEN, Houssimé Sénon. « Nous devons noter que le silence de l’Employeur durant le préavis peut vouloir signifier le mépris et le peu de considération aux enseignants, du moins ceux de la FESEN pour n’avoir pas daigné écouter leur cri de cœur. Mais les statistiques des grévistes  sont largement éloquentes, félicitations à nous tous! Aujourd’hui, jour 2 de la grève de 72h lancée par la FESEN en guise de réplique à l’employeur qui prétend faire la sourde oreille à vos légitimes revendications, nous voudrions vous inviter à plus de détermination et de mobilisation dans la cessation du travail », a-t-il enchaîné.

 

Les grévistes réclament entre autres, la mise en œuvre intégrale du protocole d’accord relatif au statut des enseignants  adopté en 2018. « Le protocole d’accord que nous avons signé en 2018 a apporté l’accalmie dans le secteur. Même si ce n’est pas trop gros, il faut quand même reconnaître que cela a apaisé les cœurs. Mais aujourd’hui, on nous dit qu’il faut faire une relecture. C’est-à-dire que certains avantages devraient être revus à la baisse. Donc nous sommes contre cette relecture », a indiqué Houssimé Sénon.

 

Lire Aussi :   Port autonome de Lomé : Des morts et des dégâts matériels enregistrés à la suite d'un accident

L’un des motifs de la grève, est l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants en cette période de crise sanitaire liée au coronavirus. « Depuis que nous avons fait la rentrée, il y a deux semaines, aucun crédit de fonctionnement n’est envoyé aux établissements, surtout les établissements primaires et préscolaires où les frais scolaires sont rendus gratuits », s’est insurgé le patron du FESEN.

 

Il faut rappeler que cette grève est prévue pour une durée de 72 heures, donc prendra fin le mercredi, 18 novembre 2020.

 

Anika A. (+228 91024439)

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?