Togo : Des jeunes témoignent de l’impact positif des projets et programmes du ministère du Développement à la Base sur leur vie

128 0

©AfreePress-(Lomé, le 17 décembre 2020)- La ministre du Développement à la Base, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Myriam Dossou-d’Almeida a, au cours d’une tournée nationale de supervision effectuée du 24 novembre au 4 décembre 2020, visité plusieurs unités et structures de production détenues par des jeunes entrepreneurs bénéficiaires de l’accompagnement technique et financier de L’État togolais et mis en œuvre par son département.

Cette visite de proximité a permis à la ministre en charge de l’emploi des jeunes de mesurer l’étendue du travail abattu et des résultats obtenus grâce aux mécanismes de promotion de l’entrepreneuriat mis en œuvre par son département. Elle a aussi et surtout, saisi cette opportunité pour échanger avec plusieurs jeunes, chefs d’entreprises des difficultés auxquelles ils sont confrontés et n’a pas manqué de les encourager à maintenir le cap.

Une démarche particulièrement appréciée et saluée par les jeunes entrepreneurs rencontrés. Ceux-ci n’ont pas caché leur joie de voir la ministre en personne dans leurs locaux.

 « Cette visite de Madame la ministre du Développement à la Base m’a beaucoup impressionnée. Je suis ravie et je me sens très honorée. Cela nous incite à faire encore plus », a déclaré, une jeune restauratrice ayant bénéficié d’un financement du Fonds d’Appui aux Initiatives Économique des Jeunes (FAIEJ) pour s’installer.

Occasion pour celle-ci de rappeler le processus lui ayant permis de créer son restaurant qui est spécialisée dans la promotion des produits locaux. « Avant l’accompagnement de l’Etat, je faisais à manger devant ma maison. Quand j’ai entendu parler du FAIEJ, et étant donné que j’aimais faire la cuisine, je suis allée vers cette structure pour demander un financement. Ce financement m’a été octroyé en 2017. C’est grâce à cet appui que j’ai ouvert ce restaurant », a-t-elle indiqué et de se féliciter des facilitations mises en place pour l’octroi de crédits aux jeunes entrepreneurs.

« Pour avoir accès au financement, il n’y a pas de protocole. Juste on vous fait suivre des formations pour vous permettre de bien réussir votre projet. On vous accompagne à rédiger un plan d’affaires sur le projet que vous soumettez au FAIEJ. Après correction et autres, on vous appelle pour le financement. Nous tenons à remercier le Chef de l’Etat qui a particulièrement pensé à la jeunesse, mais aussi nous remercions les responsables du FAIEJ qui luttent pour que nous puissions avoir les bonnes informations afin de pouvoir bénéficier de ces financements », a-t-elle ajouté. 

Avec la pandémie du coronavirus, les jeunes entrepreneurs ont appris à s’adapter au contexte et font face aux impacts de la crise avec beaucoup de résilience.

« En raison de la pandémie du coronavirus, nous avons mis en place un service de livraison de nos plats à domicile. Vous n’êtes pas sans savoir que par peur, les gens ne viennent plus dans les restaurants comme avant. Donc nous proposons la livraison des plats et nous faisons aussi le service traiteur. C’est l’occasion pour nous d’innover et d’aller vers les clients avec les mêmes qualités de service », a précisé cette bénéficiaire de l’accompagnement du FAIEJ.

La ministre en charge du Développement à la Base, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, a également rendu visite aux jeunes Volontaires d’Engagement Citoyen (VEC) du Centre Hospitalier Régional d’Atakpamé et de la Commune de Kloto-1 (Kpalimé).

Au CHR d’Atakpamé, les jeunes volontaires rencontrés sur les lieux, n’ont pas manqué d’exprimer leur reconnaissance au gouvernement qui les accompagne dans leur travail.

« Nous entretenons les locaux du CHR d’Atakpamé. Nous menons des sensibilisations sur l’hygiène et la propreté de l’environnement. Nous sommes payés à 30 000 FCFA le mois. Notre mission va durer 8 mois », a expliqué TABAWO Mazama Esso, un Volontaire d’engagement citoyen.

Mme Myriam Dossou-d’Almeida a profité de l’occasion pour saluer l’engagement de ces volontaires au service de leur communauté. « A vous jeunes volontaires, félicitations pour cet engagement. Je crois que ce qu’on donne à la nation, la nation vous le rendra un jour à l’autre. Soyez rassurés que votre vie ne sera pas faite que du volontariat. Il arrivera un moment où votre travail personnel, votre engagement, et vote efficacité vous permettront d’avoir les opportunités de construire une vie professionnelle. Mais cette étape est une étape appréciable et le gouvernement reconnaît vraiment l’option que vous avez prise et va améliorer de façon substantielle vos conditions et soutenir la communauté », a lancé la ministre à la dizaine de jeunes réunis au CHR d’Atakpamé.

Une autre rencontre de la ministre avec les VEC en fin de mission, a eu lieu dans la Commune Kloto-1 (Kpalimé à 120 km au nord-ouest de Lomé). Elle a également donné lieu à un enrichissant moment de partage et d’encouragement des initiatives des jeunes.

 « Cette mission nous a permis de nous familiariser avec les valeurs de citoyenneté, les notions d’épargne à travers la création de groupements d’épargne et de crédits (GEC), de nous former afin d’avoir un projet de vie sûr et réalisable pour nous insérer dans la vie socioprofessionnelle », a laissé entendre la responsable des VEC de la Commune de Kloto-1.

La délégation a également visité les Maisons des Jeunes d’Adéticopé et de Kara. Occasion pour la ministre et sa délégation de réaffirmer le soutien du gouvernement à ces Maisons dont la mission est d’offrir des services aux jeunes dans des domaines variés tels que la formation et l’apprentissage, l’information et la communication, l’écoute et des conseils en santé sexuelle et de la reproduction. Les Maisons des Jeunes offrent également l’opportunité aux jeunes de s’adonner à des pratiques culturelles et sportives, les soutiennent dans leur vie coopérative et associative et leur offrent des services d’accueil et d’hébergement.

« Nous nous félicitons de la visite de Mme la ministre à la Maison des jeunes de Kara », a déclaré à cette occasion, Jean-Désiré Aguigah, Directeur de la Maison des jeunes de Kara qui a profité de cette opportunité pour plaider pour l’installation rapide d’un réseau wifi dans son centre, parce qu’a-t-il insisté, « lorsqu’on parle de jeunesse, on parle d’abord et avant tout d’activités sportives et le besoin de travailler sur Internet ».

Un autre jeune rencontré est revenu sur les activités qu’il mène sur les lieux et parle aussi de ses projets d’avenir. Bissari.

Ignace, c’est de lui qu’il s’agit, rêve de devenir un styliste de renom en Afrique et s’adonne à fond à l’apprentissage de la couture sous la direction de Mme Amah Rébecca, maîtresse couturière. « Après ma formation, je compte poursuivre mon apprentissage pour passer le BT et si tout se passe bien pour moi, je vais devenir comme les plus grands stylistes d’Afrique. C’est mon rêve », a confié Bissari Ignace à la presse.

Il faut souligner que les Maisons des Jeunes, qui sont une initiative du ministère du Développement à la Base, de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes, ont essentiellement pour vocation d’œuvrer pour le plein épanouissement et l’insertion socio-économique de leurs adhérents en leur offrant la possibilité de développer leur génie, leur talent et leur esprit d’entreprise dans les domaines économiques, socioculturel, artistique et sportif et de se détendre grâce à des loisirs sains.

Elles forment les jeunes en couture dame, coiffure dame, mécanique automobile, soudure et peinture automobile, maçonnerie, animation socioéducative (causeries éducatives)…

Raphaël A.

Lire Aussi :   Éducation : L'excellence scolaire dans la préfecture de Kpélé récompensée par Yawa Djigbodi Tsègan

Articles en relation

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× AfreeWazapNews, des questions ?