Les populations de la commune de Haho-3 disent « non » à la vente anarchique des terres

184 0

©AfreePress-(Lomé, le 20 janvier 2021)-Placé sous le thème : « La nécessité de conserver les terres et leur exploitation en faveur des générations futures », les leaders communautaires de 66 villages de la commune de Haho-3 (Alati Kpota, Alati Marché, Avassike Azakpe, Akpakpakpe Agbatote…) ont été sensibilisés du mardi 13 au vendredi 15 janvier 2021, au cours d’une tournée de sensibilisation tenue à Notsè (100 km au nord de Lomé).

Une rencontre initiée par la mairie Haho-3 en collaboration avec le Mécanisme Incitatif de Financement Agricole (MIFA).

L’objectif de cette rencontre est d’expliquer à la communauté, l’importance d’entretenir pour les générations futures, des terres à exploiter.

A cet effet, le chargé d’étude au MIFA a saisi cette occasion pour présenter les atouts de son institution en faveur des groupements agricoles dans l’optique de rompre avec la vente des terres et développer les initiatives des groupements et coopératifs.

« Le MIFA offre des avantages significatifs aux groupements coopératifs dans les domaines de formation des membres et l’immatriculation des unités de productions.

L’institution accompagne, entre autres, les productions de riz, de maïs, et des cultures maraîchères.

Elle rassure et protège les groupements coopératifs dans les transactions financières. Je vous convie à substituer les ventes de terrains par leur mise en valeur au bénéfice de leurs communautés respectives », a indiqué à cette occasion, le chargé d’étude au MIFA, Nator Koffi Edoh.

Par ailleurs, le maire de la commune Haho-3, Adaiso Kossi Ayena n’a pas manqué d’expliquer aux participants, les dangers liés à la cessation des terres avec ses risques de manque de réserves administratifs pour de futures actions de développement communautaire.

« Nous pourrons mettre en bail nos terrains et les reprendre quelques temps après, mais les ventes nous déposséderont de tous nos biens, au village, nous n’avons d’autres héritage que les terres que nos aïeux nous ont laissées. Et si nous vendons ces terres, que deviendront nos enfants à l’avenir ? », a interrogé Adaiso Kossi Ayena.

Noellie A. (stagiaire)

Lire Aussi :   Cour d’appel de Lomé: Un pédophile condamné à 8 ans de prison

Articles en relation

× AfreeWazapNews, des questions ?