Journée du 8 mars : Face-face entre les femmes ministres et des jeunes filles togolaises

269 0

©AfreePress-(Lomé, le 10 mars 2021)-La journée Internationale des droits de la femme a été célébrée lundi 8 mars 2021 à travers le monde. Pour marquer l’événement au Togo, Plan international Togo et le Fonds des Nations Unis pour la Population (UNFPA) ont organisé mardi 9 mars 2021 à Lomé, un dialogue intergénérationnel de haut niveau entre les jeunes filles et les femmes leaders du Togo.

Placée sous le thème : « Leadership féminin et résilience des femmes togolaises face à la Covid-19 », cette rencontre initiée en collaboration avec le ministère de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, a offert l’opportunité à plusieurs ministres du gouvernement de partager leurs parcours avec les jeunes filles venues de toutes les régions du Togo.

Deux ministres du gouvernement ont principalement été invitées dans un débat interactif avec les participantes lors d’un panel co-animé par la Représente Résidente de l’UNFPA, Mme Josiane YAGBUIBOU et la Représente Résidente de Plan International Togo, Mme Awa Faly BA.

Il s’agit de Mamissilé Akla Agba Assih et Mawougno Aziablé, respectivement, ministre délégué auprès du ministre de la Santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins, chargé de l’accès universel aux soins et ministre délégué auprès du Président de la République chargé de l’énergie et des mines.

Tour à tour, ces jeunes ministres ont partagé avec les participantes, leurs parcours, relevé les défis liés au leadership féminin et invité la jeune fille togolaise à déconstruire les fausses croyances sur l’incapacité des femmes à assurer des postes jusqu’ici considérés comme réservés aux hommes. « Oser, lancez-vous dans tous les secteurs d’activité, parce que nous les femmes, nous pouvons faire tout et réussir au même titre que les hommes », a lancé la plus jeune ministre du gouvernement (27 ans), Mme Mila Aziablé.

Les deux ministres ont également relevé les efforts du gouvernement en matière de promotion et d’autonomisation de la femme au Togo.

Lire Aussi :   Diplomatie : Visite de l’ambassadrice de France au Togo à Mme Yawa Djigbodi Tsègan

Également présentes à la rencontre, la Ministre en charge de l’Action sociale, Mme Adjovi Lonlongno Apedo, sa collègue du Développement à la base, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Myriam de Souza-D’Almeida, et plusieurs femmes députées à l’Assemblée nationale ont invité les jeunes filles à s’invertir davantage pour impacter positivement leur communauté.

« Le combat du leadership est réussi. Nous y sommes parce qu’aujourd’hui, on ne sent plus le besoin de parler de leadership féminin, mais plutôt de leadership féministe. Il faut l’efficacité de la femme. Que l’on a été à l’école ou pas, on peut réaliser des bonnes choses au sein de la communauté surtout avec les différents mécanismes mis en place par le gouvernement », a martelé Mme Myriam de Souza-D’Almeida.

De leur côté, les Représentants résidents de l’UNFPA et de Plan international au Togo, ont profité de l’occasion pour saluer les efforts du gouvernement qui, selon elles, multiplie les actions pour garantir les droits de la femme.

« Il est vrai que nous avons beaucoup prôné le leadership féminin pour que les femmes pussent accéder à des postes de décision. Il semble qu’au Togo, le plafond de verre a été brisé avec la nomination de beaucoup de femmes dans les instances de prise de décision notamment à l’Assemblée nationale, à la tête du gouvernement et énormément de femmes dans le gouvernement. Donc les femmes elles-mêmes disent aujourd’hui qu’elles veulent plus que ça, qu’elles veulent un leadership féministe qui engage l’ensemble des acteurs en dehors de leur genre et qui leur permettent d’adresser les questions d’inégalité, parce que tous, que l’on soit homme ou femme, lorsqu’on est leader, on a le devoir de travailler pour une société juste et égalitaire où tout le monde dans sa diversité retrouve sa place et a la possibilité de contribuer au développement de la nation », a confié à l’Agence de presse AfreePress, Mme Awa Faly BA .

Pour rappel, l’UNFPA et Plan International Togo ont depuis le 17 novembre 2020, un cadre formalisé leur permettant désormais d’agir ensemble au Togo, sur des questions de promotion de la santé sexuelle des adolescents et des jeunes, leur autonomisation et leur leadership pour plus d’impacts.

Raphaël A.

Articles en relation

× AfreeWazapNews, des questions ?