Dette de la mairie Golfe-7 : Gérard Adja et ses collègues défendent la gestion du maire Aimé Djikounou

266 0

©AfreePress-(Lomé, 14 juin 2021)-Trois conseillers, membres de la commission des finances de la commune du Golfe-7 étaient lundi 14 juin 2021, face à la presse dans le but d’éclairer la lanterne des Togolais sur les accusations portées contre le maire, Aimé Djikounou.

En effet, un texte non signé ayant abondamment été partagé sur les réseaux sociaux, fait état d’une dette de 732 225 346 F Cfa accumulées par cette commune pour le compte de la gestion 2020. Selon les auteurs anonymes de ce texte, cette dette a été occasionnée par des dépenses de prestige et des « détournements » opérés par le maire de cette commune.

Faux, leur a rétorqué Gérald Adja, conseiller au sein de cette mairie et élu sur la liste du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD). Lui, il justifie plutôt ce déficit par la situation sanitaire liée à la covid-19. « Au cours de l’année 2020, à cause du coronavirus, les recettes avaient beaucoup baissé et malheureusement aussi, les communes n’ont pas reçu le financement de l’Etat. Donc, selon le budget, on croyait qu’on pouvait faire des recettes jusqu’à un niveau donné, mais la pandémie a tout chamboulé. Ce qui fait qu’en fin d’année, on s’est rendu compte que les recettes telles que prévues ont été seulement réalisées à 20 %. C’est qu’on ne s’attendait pas à ces difficultés liées au Covid-19. Et aussi, c’est la première année d’exercice pour les collectivités locales donc, personne ne savait pas comment la collecte des recettes allait se comporter. Alors qu’au même moment, il y avait des investissements à faire pour le bien-être de la population, notamment les travaux de voirie, etc. Et le maire a su se débrouiller pour avoir des appuis au niveau du gouvernement pour ces réalisations. C’est ça qu’on qualifie de déficit. Un déficit budgétaire ne peut pas être qualifié de malversations. Il y a eu simplement des dépenses plus élevées que les recettes », a-t-il expliqué, tout en insistant sur le fait que « toutes les dépenses sont restées dans les lignes budgétaires telles que prévues.

Celui-ci fait également savoir, que la gestion des finances publiques est différente de la gestion d’une entreprise privée.


« Quand on parle de la finance publique, c’est l’Etat ou les populations qui vous donnent de l’argent pour réaliser des projets de développement. Donc on ne peut pas attendre qu’à la fin de l’année, on puisse réaliser un excédent. Une mairie qui réalise un excédent budgétaire a fait une mauvaise gestion. Parce qu’on ne peut pas donner de l’argent pour faire des projets de développement et on va garder cet argent et dire à la fin que nous avions réalisé un excédent budgétaire. On ne dit pas nécessairement qu’il faut faire un déficit », a précisé M. Adja.

Lire Aussi :   Agbéyomé n’est pas mort...il est vivant

De son côté, Colonel Agbo Teko, qui est lui aussi conseiller dans cette mairie estime que s’en prendre au maire Aimé Djikounou dans cette affaire de dette, est une méprise des règles des finances publiques.

« Il y a des communes qui sont en déficit plus que nous, mais on n’en parle pas. Pourquoi, c’est le cas de Golfe-7 qui dérange ? C’est clair, l’auteur des messages qui circulent sur les réseaux sociaux veut simplement régler des comptes personnels avec le maire. Ce qui n’est pas juste. Nous dénonçons cela. Il faut préciser également que l’exécutif n’est pas un organe de contrôle du maire. Le maire est contrôlé à un niveau supérieur… Quand on écrit sur des plateformes que le maire porte des vestes trop jolies, c’est la vie privée du maire. Je connais le maire Djikounou Koffi Aimé depuis son jeune âge à Aneho. Il brillait, il s’habillait comme un gentleman avant de devenir maire. Ses vestes, costumes et chaussures ne sont pas payées sur les fonds de la mairie, c’est tout simplement absurde d’affirmer que le maire roule sur le budget de la mairie pour se retrouver dans de la gabegie financière, si les gens veulent régler leurs comptes avec le maire, qu’ils aillent le faire ailleurs », a soutenu l’ancien officier supérieur des Forces armées togolaises.

Les trois responsables ont reconnu qu’il existe des tensions et incompréhensions au sein du Conseil municipal de la commune Golfe-7 qu’ils se sont attelés à résoudre et ont réussi à amener tous les protagonistes à taire ces différends. « Nous avions cru que c’était fini parce que tous les camps s’étaient réconciliés. Nous ne savions pas que c’était plutôt des larmes de crocodile », a regretté le conseiller Gérard Adja.

Anika Amen

Articles en relation

× AfreeWazapNews, des questions ?