Route Lomé-Kpalimé : L’inquiétante violation des bandes cyclables d’Adidogomé par les engins à deux et quatre roues

137 0

©AfreePress-(Lomé, le 03 septembre 2021)- Les travaux de réhabilitation de la Route nationale N°-5, Lomé-Kpalimé sont presque achevés. Réalisés par l’entreprise EBOMAF, ces travaux ont été exécutés dans un temps record à la grande satisfaction du gouvernement et des usagers de cette route.
Sur l’axe rond-point d’Adidogomé-douane-Atigangomé (banlieues sud-ouest), l’infrastructure est construite en 2X3 voies. C’est-à-dire, deux grandes chaussées (aller-retour) et aussi deux petites chaussées, techniquement appelées : ‘’bande cyclable’’.

Cette caractéristique que présente cette voie, paraît un peu étrange à certains usagers, qui n’ont pas l’habitude de voir ces genres d’infrastructures sur les routes togolaises.

Il a été ainsi constaté une mauvaise utilisation de cette bande cyclable par les usagers, surtout ceux qui n’ont pas une réelle maîtrise du Code de la route. Ces derniers, n’hésitent pas à emprunter la piste cyclable. Il n’est pas rare d’apercevoir des conducteurs de voitures circuler sur cette voie.

Qui doit emprunter ces voies ?

Selon les spécialistes en prévention routière, la piste cyclable se définit comme une chaussée exclusivement réservée aux engins à deux ou trois roues et aux engins de déplacement personnel motorisés (y compris ceux à pédalage assistés).

« C’est une mesure prévue par des architectes pour limiter des cas d’accident. Puisque, lorsque le trafic routier est rapide ou intense, le partage de la chaussée par différents usagers roulant à des vitesses différentes n’est pas évident. Les conducteurs de véhicules encombrants ou d’automobiles peuvent être gênés par les cyclistes qui les ralentissent et qu’il n’est pas toujours aisé de dépasser. De même, les conducteurs de deux-roues non motorisés peuvent être effrayés par ces véhicules beaucoup plus rapides qui peuvent être particulièrement dangereux pour eux en cas de collision. C’est pour éviter ces situations pouvant occasionner des accidents, que le code de la route recommande à ce qu’une chaussée particulière soit construite aux cyclistes dans des agglomérations où la circulation est souvent dense », explique Kézié Valentin, formateur en code de la route à l’auto-école Adonaï.

Lire Aussi :   Trafic de drogue : Cannabis, cocaïne et héroïne en tête des drogues saisies en 6 mois au Togo

De façon résumée, la bande cyclable de la route Lomé-Kpalimé est construite pour les motocyclistes.

Mais parlant des tricycles, les experts indiquent que leur cas sera spécifiquement défini par les autorités compétentes, ceci, après la finition des travaux de la nouvelle route. « Cela se fera à travers des panneaux de signalisation », a fait savoir Kézié Valentin et de préciser que : « pour le moment, la route est en chantier, c’est pourquoi ces genres de panneaux de signalisation ne sont pas encore mis en place. Mais l’absence des panneaux de signalisation ne devrait pas justifier l’infraction. Parce que selon la loi, les conducteurs d’engins, surtout ceux des voitures doivent disposer d’un permis de conduire. Et pour avoir ce permis, il faut forcément être formé, connaître le code de la route. Donc, si un conducteur de voiture roule aujourd’hui dans la bande cyclable, il devrait être arrêté et puni conformément à la loi ».

Il sied de souligner qu’au Togo, la violation du code de la route est pénalisée d’une amende de cinq mille francs allant jusqu’à cinquante mille francs.

La loi prévoit également des cas d’emprisonnements, en fonction de la nature de l’infraction commise. Et dans ce dernier cas, l’affaire doit être gérée au tribunal. Alors que dans le premier cas, la loi donne le pouvoir aux fonctionnaires de la police ou de la gendarmerie d’amender les contrevenants.

Anika A. (+22891024439)

Articles en relation

× AfreeWazapNews, des questions ?