Togo: Dans ces villages, aucune fille ne doit tomber enceinte avant 18 ans

266 0

©AfreePress-(Lomé, le 16 octobre 2021)- Dans les quinze (15) villages du canton de Bitchabé (400 km au nord-ouest de Lomé à la frontalière avec le Ghana), aucune fille ne doit tomber enceinte avant l’âge de 18 ans.

C’est l’un des objectifs que se sont fixés les habitants de cette localité, ceci, à travers l’approche : « Communauté amie des enfants ».

Il s’agit, en effet, d’un projet soutenu par l’UNICEF pour assurer une meilleure santé des enfants et des femmes, surtout en milieu rural.

L’approche consiste à ce que la communauté puisse, elle-même diagnostiquer ses propres problèmes et contribuer à les résoudre.

« L’un des problèmes que notre localité avait, c’est le phénomène des grossesses précoces. En 2016 par exemple, nous avons enregistré une trentaine de grossesses précoces en milieu scolaire et en milieu d’apprentissage. Mais avec l’approche Communauté amie des enfants, les choses ont énormément changé. L’année précédente, par exemple, nous n’avons eu aucun cas. Les cas rares que l’on rencontre sur le territoire de Bitchabé , ce sont des filles qui viennent de l’autre côté de la frontière (Ghana) ou du Nigeria. Mais je précise que ce sont des cas rares. Sinon à Bitchabé , aucune fille ne tombe plus enceinte avant l’âge de 18 ans », a confié à un reporter de l’Agence AfreePresss, M. Ahmed MIKAILA, responsable de l’Unité de soin périphérique (USP) Bitchabé et major des agents de santé communautaire du canton.

Selon ce leader communautaire, si l’approche « Communauté amie des enfants » a pu endiguer le phénomène des grossesses précoces à Bitchabé , c’est grâce à la ‘’volonté’’ de toute la population et surtout, c’est grâce à une organisation ‘’stratégique’’ mise en place.

« Nous avons mis en place des comités à tous les niveaux (au niveau des parents d’élèves, des élèves eux-mêmes et au sein de la population). Ces pairs éducateurs travaillent en collaboration avec certaines filles qui ont été déjà victimes de grossesses précoces de par le passé. Ce sont ces filles que nous appelons les tantines. Donc, ces tantines sont formées en tant que combattantes en première ligne contre les grossesses précoces. On leur donne des kits de planification familiale gratuite. Et si on constate qu’il y a une fille en milieu scolaire ici qui malgré la sensibilisation, reste sexuellement active, on la signale aux tantines, qui ont la méthode de conseiller cette fille à se planifier. Mais notre méthode de base est la sensibilisation. Ce qui fait que notre population a elle-même, compris qu’aucune fille ne doit tomber enceinte ici, avant l’âge de 18 ans. C’est comme une loi et chacun veille à ne pas violer cette disposition », a expliqué Ahmed MIKAILA.

Lire Aussi :   Programme ‘’NOVISSI’’: Déjà 830 millions de FCFA versés à 144 021 bénéficiaires dans la région des Savanes

L’approche « Communauté amie des enfants », ne fait pas seulement dans la lutte contre les grossesses précoces. Elle s’occupe aussi en général de tout ce qui concorde avec la protection de l’enfance (de 0-18 ans).

Avec cette approche pilotée à Bitchabé , la population a compris le bien-fondé des consultations prénatales (CPN), de la vaccination, des accouchements assistés, etc.

Selon les informations fournies par l’USP, « 100 % des enfants du milieu sont vaccinés chaque année et aussi, chaque enfant dispose d’un acte de naissance. Aucune femme enceinte ne prend plus le risque des accouchements à domicile ».

Ces résultats sont obtenus, grâce aux Agents de santé communautaires (ASC), répartis dans chaque village du canton. Ils sont chargés de faire le suivi de tous les volets de la protection de l’enfant comme le soutient l’UNICEF et de rendre compte à la communauté. Le compte-rendu est fait chaque mois et c’est lors des réunions communautaires qui regroupent tout le village sous la direction du chef du village.

« L’approche Communauté amie des enfants a significativement changé l’histoire de notre village. Les avancées sont si énormes que, je ne pourrais pas les citer », s’est réjoui, le Chef du village de Bawléssi, BASSARE Djata.
Il faut rappeler que l’UNICEF appuie le Togo grâce à ses partenaires qui sont entre autres, le Fonds TAKEDA, l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination et les Fonds Muskoka.

A. Anika (+22891024439)

Articles en relation

× AfreeWazapNews, des questions ?