Gerry Taama fustige le silence du ministre Majesté Ihou WATEBA à la suite d’interpellations du parlement

150 0

©AfreePress-(Lomé, le 3 novembre 2021)- Interpellé depuis mars 2021, sur certaines actions de son département, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Majesté Ihou WATEBA manque toujours à l’appel.

Sur huit ministres du gouvernement Dogbé interpellés depuis 2020 sur des questions relatives à la bonne gouvernance, sept (7) ont fait un retour favorable sauf un. Le ministre Majesté Ihou WATEBA qui traîne toujours les pas.

« Nous sommes les députés qui interpellent le plus le gouvernement, sur tous les sujets. (…) Nos ministres ne sont pas habitués aux interpellations et mettent parfois du temps à répondre. On relance parfois, en passant par le Premier ministre. À la fin, tous ont répondu (c’est bien pour la démocratie). Tous, sauf un, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche », a indiqué le député dans un poste sur sa page facebook.

Les questions adressées depuis le 25 mars 2021 au ministre portent entre autres sur le bilan des cours en ligne, comparativement aux cours en présentiel ; la différence observée dans l’application de ces cours en ligne entre les deux universités ; les dispositions prises pour faciliter l’accès à Internet aux étudiants ; l’évaluation de l’application Moodle, utilisée pour les cours en ligne ; l’état d’exécution du projet un étudiant, un ordinateur, présenté par le ministre à l’Assemblée nationale et les explications sur les retards liés au paiement des bourses et aides.

Neuf mois après, aucune réponse de la part du ministre.

« Il me semble donc qu’à l’époque ces questions étaient pertinentes et méritaient une réponse pour situer l’opinion. Le ministre de l’Enseignement supérieur, contrairement à tous ses autres collègues, a choisi de ne pas y répondre. Et je déplore cet état de fait », relève le parlementaire.

Lire Aussi :   Politique : Dr Kodjovi Aubin Thon ne boycottera pas les prochaines élections régionales

Le ministre Majesté Ihou WATEBA refuse-t-il de répondre à l’interpellation de Gerry Taama à cause de leurs accrochages par média interposés sur l’affaire des lampadaires et d’autres encore ?

En tout cas, le député du Nouvel engagement togolais (NET) dit n’avoir aucun problème avec lui.

« Pour moi, le développement est la capacité dont dispose un peuple d’affronter ses problèmes, ensemble dans sa diversité. Les actions de solidarité comme les installations de lampadaires, la lutte du gouvernement contre la pauvreté, des processus électoraux équitables et le contrôle de l’action gouvernementale par le Parlement procèdent de la même dynamique : renforcer la résilience, améliorer la gouvernance et sortir de la pauvreté dans laquelle végète malheureusement près de la moitié de notre population. Tous les choix comptent, toutes les actions comptent », défend M. Taama.

Il faut noter que conformément à l’article 96 de la Constitution togolaise, et les articles 123 et 124 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, tout député qui désire poser une question écrite à un ministre, en remet le texte au Président du parlement qui le transmet au gouvernement dans les huit jours. Les ministres ont l’obligation de répondre aux questions dans le mois qui suit leur transmission.

Raphaël A.

Articles en relation

× AfreeWazapNews, des questions ?