Éducation : La FESEN refait parler d’elle

95 0

©AfreePress-(Lomé, le 9 novembre 2021)-C’est désormais un bras de fer qui s’installe entre les enseignants regroupés au sein de la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN) et leur ministre de tutelle.

Malgré les sanctions prises à l’encontre de 1 345 directeurs d’école par le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat à l’issue de la grève des 3 et 4 novembre 2021, l’organisation syndicale annonce de nouvelles mesures de cessation de travail les 10 et 11 novembre 2021.

Et c’est à travers un courrier que la FESEN a notifié, lundi 8 novembre 2021, sa décision au ministre des enseignements, Prof Dodzi Kokoroko et son collègue de la Fonction publique, du travail et du dialogue social, Gilbert Bawara.

Dans la note, la FESEN précise que la « reconduction de son mouvement de grève » a été décidée dimanche 7 novembre à l’issue d’une session extraordinaire du bureau fédéral national.

« Le dimanche 7 novembre 2021, le bureau fédéral national s’est réuni en session extraordinaire au siège de la FESEN pour faire le point de la grève de mécontentement des 03 et 04 novembre 2021 et analyser les dernières mesures prises par l’autorité en charge des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat. À l’issue de cette réunion, le Bureau Fédéral National se félicite de la mobilisation des enseignants pour ce mouvement de mécontentement et qui en toute vraisemblance, n’est ni illicite, ni illégale, mais a pour objet les modalités de jouissance de la gratification exceptionnelle, une proposition du gouvernement en lieu et place du Protocole d’Accord signé le 18 avril 2018 », a indiqué la FESEN dans son courrier.

Lire Aussi :   Programme présidentiel d’excellence : Les premiers diplômés prêts à se jeter dans la bataille du développement

Par ailleurs, l’organisation a déploré la destitution de leur poste, de 1 345 directeurs du préscolaire et du primaire estimant que cette décision crée « un désordre total en milieu scolaire ».

« En conséquence, le bureau fédéral national exige la réhabilitation sans conditions des chefs d’établissements révoqués. Cette nouvelle revendication ne saurait occulter, celle relative au montant et à l’échéance de la jouissance effective de la gratification exceptionnelle », a précisé le bureau fédéral de la FESEN.

Les premiers responsables de cette fédération ont tenu à rappeler à leur ministre de tutelle que toutes nouvelles sanctions ne seront pas de nature à ramener l’accalmie et la sérénité dans le secteur éducatif togolais.

« Le Bureau Fédéral National vous informe par ailleurs qu’il appelle de nouveau tous les enseignants à une cessation des activités pédagogiques les mercredi 10 et jeudi 11 novembre 2021 sur toute l’étendue du territoire au cas où une suite favorable n’est accordée à ses légitimes revendications », a conclu la FESEN dans son courrier.

Raphaël A.

Articles en relation

× AfreeWazapNews, des questions ?