Viols, maltraitances et traitements inhumains sur mineurs : SOS Villages d’enfants Togo dans la tourmente

512 0

©AfreePress-(Lomé, le 8 décembre 2021)- Ce qui se passe ou s’est passé dans les foyers de SOS Villages d’enfants, bureau Togo dépasse l’entendement. C’est du moins ce que rapporte le site d’information www.togoscoop.info. 

Violences physiques, abus sexuels, attouchements, viol, homosexualité… Ce sont entre autres le lot d’abus et d’actes anormaux imposés à certains pensionnaires de ce centre, ce qui ternit aujourd’hui l’image de cette grande Organisation Non Gouvernementale à vocation sociale, réputée pour l’accueil et la prise en charge des enfants démunis et orphelins au Togo.

 

Plusieurs pensionnaires victimes de ces actes décident enfin de rompre le silence.

 

« Au sein de SOS Villages d’enfants bureau du Togo, le laxisme et la négligence du personnel d’encadrement nuisent aux enfants qui développent toutes sortes de vices », rapporte le site « Togo Scoop » qui publie l’enquête.

 

Selon ce journal en ligne, la situation est devenue tellement grave que certains pensionnaires, pour ce qu’ils subissent, ont exprimé leur désir de quitter le centre et de rentrer en famille.

 

C’est le cas d’un enfant de 8 ans, victime d’abus sexuel, mais aussi de violence verbale et physique.

 

Un autre jeune garçon de 14 ans, a avoué avoir entretenu des relations sexuelles (au moins quatre fois par semaine) avec une jeune fille du centre, pendant la période de confinement.

 

À cela s’ajoutent des tentatives de viol dénoncées par une fillette de 13 et des actes d’homosexualité enregistrés, puisque des garçons ont déclaré avoir entretenu entre eux, des relations ‘’anales’’, ceci depuis le bas-âge.

 

Lire Aussi :   Polémique autour du vaccin anti-Covid-19 : Le Pape François prend position

Autant de scandales qui ont amené le bureau régional de SOS Villages d’Enfants à procéder le 18 octobre 2021, au licenciement d’une dizaine de responsables de l’institution au niveau du Togo.

 

Il s’agit entre autres de la Directrice nationale, du Coordinateur national chargé de la protection de l’enfant, de sept (7) mères SOS, dont 2 à Lomé, 2 à Atakpamé, 2 à Kara et 2 directeurs de Village dont 1 à Kara et 1 à Dapaong, précise le site.

 

« Nous confirmons avoir démis de leurs fonctions un certain nombre de collaborateurs, et ce, en raison de leur non-respect des politiques et procédures en vigueur au sein de la Fédération », indiquent les premiers responsables de l’ONG au Togo, cités par le journal « Togo Scoop ».

 

Pour les responsables de ce centre d’accueil d’enfants en difficulté, les mesures nécessaires ont été prises pour assurer la bonne continuité des activités et le maintien de la qualité des programmes de SOS Villages d’enfants Togo.

 

Pour rappel, SOS Villages d’enfants, a ouvert ses portes au Togo en 1979. Actuellement, plus de 400 enfants sont pris en charge au sein de 39 maisons familiales de l’organisation.

 

Raphaël A. (+228 92 06 07 03)

Articles en relation