Feu Madji Yawovi Agboyibo porté à sa dernière demeure à Kouvé

367 0

©AfreePress-(Lomé, le 12 décembre 2021)-L’ancien Premier ministre du Togo, Me Apollinaire Madji Yawovi Agboyibo a été inhumé, samedi 11 décembre 2021, à Kouvé, son village natal dans la préfecture de Yoto.

C’était à l’issue d’un ultime hommage national rendu à l’illustre disparu en présence des membres du gouvernement, des présidents des institutions de la république et plusieurs autres personnalités politiques et du corps diplomatique.

Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Togo, premier président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) du Togo, président de la conférence internationale des Barreaux ou encore président-fondateur du parti politique, le Comité d’action pour le renouveau (CAR), Me Madji Yawovi Agboyibo, a été élevé dans toute sa grandeur d’homme politique, défenseur des droits d’hommes au Togo.

Tour à tour, les hautes personnalités, amis et enfants présents à la cérémonie ont témoigné leur reconnaissance à l’ancien Premier ministre pour ses ‘’innombrables’’ services rendus à la nation togolaise durant son parcours dans le monde des vivants.

Pour le gouvernement togolais, feu Yawovi Agboyibo était avant tout, un « bâtisseur ».

« Le gouvernement tient à saluer l’engagement et les combats politiques menés par ce vaillant homme qui a été leader du Comité d’Action pour le Renouveau fondé par lui-même depuis 1991. Il était un acteur majeur de la scène politique togolaise. Il a su exercer sa mission avec un sens élevé du devoir notamment en établissant des liens en pas des courtoises et de respect mutuel avec le Chef de l’Etat (…) Nous pleurons aujourd’hui un grand homme qui a joué un rôle important dans la construction de l’Etat de droit, la promotion des droits de l’homme et l’avènement de la démocratie dans notre pays », a laissé entendre, le ministre de la Communication et des médias, Prof. Akodah Ayéwouadan.

Pour les membres de la CNDH, l’ancien Premier ministre a été et restera un modèle pour la lutte contre l’injustice.

« Sa volonté de dénoncer les violations et de combattre l’injustice telle qu’elle soit et d’où qu’elle vienne au sacrifice de sa vie des fois, sa capacité et son don convaincre par des arguments ont permis à notre population de gagner beaucoup d’espace de liberté et hisser notre pays dans le firmament des nations qui ont très tôt compris que tout programme de développement qui ne tient pas compte de la dimension des droits humains, est voué à l’échec », a lancé Yaovi SRONVIE, président par intérim de la CNDH.

Pour rappel, Me Madji Yawovi a rendu l’âme le 30 mai 2020 à Paris en France à l’âge de 77 ans.

Raphaël A.

Lire Aussi :   Pour la transparence dans la commande publique : L’ARMP fait la promotion du code d’éthique et de déontologie

Articles en relation