Arrestation des journalistes et activistes : le PPT, le COJITO et plusieurs OSC haussent le ton

280 0

©AfreePress-(Lomé, le 14 décembre 2021)- Les réactions continuent d’affluer suite à l’emprisonnement des journalistes Ferdinand Ayité, de Joël Egah et de l’activiste Fovi Katakou.

En conférence de presse conjointe lundi 13 décembre 2021 à Lomé, le Comité pour la libération de tous les prisonniers politiques du Togo, le Front citoyen Togo Debout (FCTD), la Coalition Tournons La Page (TLP) Togo, le Patronat de la presse togolaise (PPT), le Consortium des journalistes d’investigation du Togo (COJITO) ont une fois encore exigé la libération de ces trois détenus.

Les conférenciers « dénoncent et condamnent avec la plus grande vigueur cette nouvelle vague d’arrestations arbitraires d’innocents citoyens tous incarcérés pour délit d’opinion et, en ce qui concerne les journalistes poursuivis, en violation flagrante des dispositions du Code de la presse qui a dépénalisé le délit de presse depuis plus de 17 ans ».

Ils ont condamné tout particulièrement avec la plus ‘’grande vigueur’’ le traitement ‘’honteux’’ infligé à Fovi KATAKOU.

« Cette personne à mobilité réduite qui, malgré son statut qui le contraint à se déplacer dans un fauteuil roulant, a subi avec toute sa maisonnée, d’inqualifiables voies de fait qui déshonorent et bafouent sa dignité d’être humain lors de son enlèvement à son domicile », a déploré le FCTD et les siens.

Pour finir, ils ont exigé la libération « immédiate et sans conditions » de tous les prisonniers politiques, y compris celle de l’activiste Jean-Paul Oumolou arrêté depuis le 04 décembre à Lomé.

Anika A. (+22891024439)

Lire Aussi :   Politique : L'UFC prédit l'alternance au Togo dans 10 ans

Articles en relation