Togocom : ça grogne toujours 

295 0

©AfreePress-(Lomé, le 17 décembre 2021)- « Les travailleurs de tout le Groupe TOGOCOM et les partenaires de la distribution observeront une cessation de travail et d’activités de distribution de quarante-huit (48) heures les journées des 30 et 31 décembre 2021 (à partir de Oh00mn le 30 décembre au 31 décembre à 23h59mn59s) »

C’est ce qu’annonce le Syndicat des Agents de TOGO TELECOM (SAT), trois deux autres syndicats à travers un préavis de grève adressé au Directeur Général de TOGOCOM, Paulin Alazard.

Selon le document, cette grève sera observée pour dénoncer entre autres, l’ingérence dans les affaires internes des syndicats par TOGOCOM jusqu’à chercher à imposer à ceux-ci le choix de leurs représentants aux négociations, l’usage de mauvaises pratiques au cours des négociations notamment lors de la négociation collective, la désinformation du syndiqué.

« Le Directeur Commercial du Groupe est allé dire aux vendeurs motorisés que lui, il ne reconnaît pas leur syndicat comme s’il est devenu un organe de validation des organisations syndicales. Les vendeurs s’y sont abstenus pour éviter tout scandale. Les organisations syndicales des travailleurs saisissent l’occasion pour vous informer qu’ils n’ont plus confiance en madame Anoko LAWSON, votre représentante aux discussions qui non seulement abuse dans le manque de bonne foi, base de toute négociation, mais aussi use en permanence de la provocation pour rendre délétère les séances de négociation », révèlent les organisations syndicales des travailleurs signataires du présent préavis de grève adressé à M. Alazard.

Les syndicats réclament également, la prise d’effet de la convention collective au 1er janvier 2022, le paiement de la gratification pour résultats exceptionnels à tous les travailleurs de TOGO TELECOM pour l’année 2020 au plus tard le 26 décembre 2021, etc.

Lire Aussi :   14e anniversaire du drame de Lungi : Les acteurs sportifs en union de prière en la mémoire des martyrs

Par ailleurs, ils exigent l’amélioration des conditions de vie et de travail des acteurs de distribution.

« Les acteurs de la distribution sont un maillon important dans l’atteinte des consommateurs grand public. Mais ils sont négligés malgré tous les efforts qu’ils font et les risques qu’ils prennent que ce soit : Physiquement : accident de circulation, maux de dos à cause de nos rues défoncées, la poussière, la pluie et le soleil ; commercialement: les faux billets, les erreurs de monnaie après achat… Financièrement, les investissements faits pour développer les points de vente », dénoncent le SYNOMMOT et ses pairs.

Pour finir, ils avertissent que si dans un délai de trente (30) jours après le premier débrayage, rien n’est fait pour trouver solution aux points ci-dessus relevés, la grève sera reconduite jusqu’à tous les deuxièmes et quatrièmes jeudis et vendredis du mois jusqu’à satisfaction.

Anika A. (+22891024439)

Articles en relation