WiLDAF-Togo valide le rapport de son étude réalisée sur l’impact de la COVID-19 sur les femmes au Togo

57 0

©AfreePress-(Lomé, le 29 décembre 2021)- WiLDAF-Togo est résolument engagée pour une meilleure protection des droits des femmes en cette période de crise sanitaire liée au Covid-19. 

Pour preuve, l’organisation de la société civile vient de valider le rapport de son étude réalisée sur l’impact de la pandémie sur les femmes et les filles dans les politiques publiques relatives à la pandémie. Ceci, pour mieux plaider et orienter les décideurs pour la prise en compte des besoins spécifiques des femmes.

L’atelier de validation dudit rapport a eu lieu mercredi 29 décembre à Lomé. 

Réalisée dans le cadre du projet : « Mettre l’égalité et les droits des femmes au cœur des politiques publiques relatives au Covid-19 dans quatre (4) pays d’Afrique de l’Ouest : Bénin, Côte d’Ivoire, Ghana et Togo » l’étude vise selon ses initiateurs à réduire les risques de violations des droits des femmes dans ce contexte  de pandémie dans les quatre pays.

Il s’agit à terme pour l’organisation de disposer des évidences de base pour orienter ses plaidoyers.

« A la fin de cette étude, plusieurs autres ont été menées notamment, les sensibilisations au sein des groupes de femmes, à travers les émissions radios et des plaidoyers ont été fait à l’endroit des décideurs pour la prise de conscience face à la situation d’inégalités que subissent les femmes et de féminisation de la pauvreté, en cette période difficile liée à la crise sanitaire. Le projet étant arrivé à sa fin, une évaluation a été faite en vue d’apprécier les résultats et évolutions obtenus et c’est le rapport de cette évaluation qui est soumis à la validation lors de cet atelier », a confié à l’Agence de presse AfreePress, la Vice-présidente de WiLDAF-Togo, Mme Akpé ZAMBA. 

L’étude réalisée dans les cinq régions du pays, révèle une régression significative des activités et revenus des femmes ainsi qu’une augmentation de violations des droits des femmes en cette période de pandémie. Face à cette situation, l’organisation a fait des recommandations à l’endroit des dirigeants.

« Il y a des plaidoyers que WiLDAF a eu à faire à l’endroit des ministères du développement à la base et celui de l’action sociale, à l’endroit du secrétariat général de la présidence de la République et de la primature. Des engagements ont été pris pour des actions communautaires pour lutter contre les violences faites aux femmes ainsi que l’amélioration de leurs conditions », a laissé entendre Dr Irène DJAHLIN, Consultante du projet. 

Il faut noter que WiLDAF-Togo a reçu dans le cadre de ce projet, l’appui financé d’African Women’s Development Fund (AWDF).

Raphaël A. (+228 92 06 07 03)

Lire Aussi :   Les jeux de hasard au Togo : Un phénomène de société qui fait des ‘’heureux gagnants’’ et des ‘’malheureux perdants’’

Articles en relation

× AfreeWazapNews, des questions ?