Lomé : Pour des pratiques occultes, ils décapitent un bossu

427 0

©AfreePress-(Lomé, le 21 janvier 2022)-La gendarmerie nationale a présenté, mercredi 19 janvier 2022 à la presse à Lomé, sept (07) personnes, membres d’un réseau de trafiquants d’organes humains, adeptes d’occultisme.

D’après les gendarmes, l’arrestation de ces personnes intervient après une ‘’minutieuse investigation’’ à la suite de la disparition soudaine d’un “bossu” dans le quartier Attiégou (quartier situé au nord-est de Lomé).

La gendarmerie nationale a donc ouvert une enquête le 24 décembre 2021 qui a conduit à l’interpellation du nommé YOROU Ibrahim.

La perquisition de sa chambre a permis de retrouver le corps sans vie de la victime, mutilé et enterré sous le lit. Sur ce corps, il manquait le dos, le cœur et le poumon gauche, selon les informations fournies par les enquêteurs.

Reconnaissant être l’auteur de ce crime, le mis en cause a déclaré avoir agi pour honorer la commande d’un charlatan qui avait besoin d’une bosse humaine pour ses rituels.

Les investigations ont conduit les enquêteurs de Lomé à Blitta et à Lama-Tessi, dans la région Centrale (environ 300 Km au nord de Lomé) où des perquisitions et interpellations ont été menées.

Au total, sept (07) personnes de ce réseau, tous de nationalité togolaise, ont été appréhendés.

Ces individus, adeptes d’occultisme et constitués en bande organisée, se procurent des organes et tissus humains, soit en commettant des meurtres, soit en les achetant, ou encore en profanant des tombes.

Ils seront confiés à la justice pour répondre de leurs actes.

Anika A. (+22891024439)

Lire Aussi :   COP26 : Les déceptions des Présidents Faure Gnassingbé et Denis Sassou Nguesso

Articles en relation