Transitions politiques et lutte contre l’extrémisme violent : Voici ce que recommande le colloque international de Lomé

165 0

©AfreePress-(Lomé, le 7 mars 2022)-Le colloque international de Lomé axé sur : « la gestion des transitions politiques et le renforcement de la résilience face aux extrémismes violents : Cas de l’Afrique de l’Ouest », s’est achevé, dimanche 6 mars 2022.

Cette rencontre de deux jours présidée par le ministre des Affaires étrangères, de l’intégration régionale et des Togolais de l’extérieur, Prof. Robert Dussey a permis aux experts venus de plusieurs pays, de formuler à l’endroit des dirigeants, des recommandations pour une gestion efficace des transitions politiques sur le continent.

Au rang de ces recommandations, figurent entre autres le renforcement de la stratégie de gouvernance économique et de développement dans les Etats et le renforcement des stratégies de la gouvernance constitutionnelle et politique dans la perspective de la prévention du phénomène de l’extrémisme violent.

Aussi, le colloque international de Lomé recommande, en cas d’extrémisme violent dans les transitions politiques, de diversifier la collaboration avec tous les acteurs au niveau national qu’international, restructurer et mettre en place des stratégies et des agendas au niveau des institutions internationales qui cadrent avec les exigences politiques et économiques de la gouvernance des transitions et intensifier la collaboration transfrontalière entre États en proie aux extrémismes violents.

D’après le ministre des Affaires étrangères, l’organisation de ce colloque s’inscrit dans la droite ligne de l’engagement du Togo sur les questions de paix, de sécurité et de stabilité régionale.

« Ce colloque est voulu par le président de la République, Faure Gnassingbé parce qu’il pense qu’en vous réunissant, en tant qu’experts internationaux, vous allez contribuer à mieux comprendre et à résoudre la question liée aux transitions politiques en même temps que l’extrémisme violent. Les conclusions de nos travaux mettent à juste titre en exergue, outre, les besoins de crédibiliser davantage nos institutions politiques, le rôle essentiel des leaders religieux et d’opinion, de la société civile et des autres hommes de la société notamment les jeunes, les femmes dont les grandes questions concernent la gestion de nos États », a-t-il indiqué dans son mot de clôture.

Pour le Chef de la diplomatie togolaise, toutes les recommandations issues de la rencontre de Lomé constituent de « précieux » apports qui serviront de base aux travaux de la prochaine conférence internationale de Lomé sur les transitions politiques et la lutte contre le terrorisme au Sahel et dans la région d’Afrique de l’Ouest prévue pour le 21 avril 2022.

Les participants ont salué le Togo pour sa participation active dans la gestion des crises sur le continent.

« C’est rare qu’un pays qui prépare une conférence ministérielle invite des experts indépendants pour réfléchir en amont sur les questions qui seront débattues. C’est une initiative originale que nous avons tous saluée parce qu’elle démontre clairement la volonté du gouvernement du Togo de prendre en main l’initiative dans une région qui est troublée et qui a besoin de leadership », a confié Dr Paul-Simon Handy, Directeur régional par intérim de l’Institut d’études de sécurité Addis-Abeba et Représentant auprès de l’Union Africaine, à l’agence de presse AfreePress.

Raphaël A. (+22892060703)

Lire Aussi :   Sommet sur les économies africaines post-Covid-19 : Une bonne nouvelle venue du FMI pour le Togo

Articles en relation