Convention collective des journalistes : Reprise des discussions entre syndicats et patronats

224 0

©AfreePress-(Lomé, le 11 mars 2022)-Le cabinet du ministère de la Communication et des Médias, a abrité jeudi 10 mars 2022, la première séance des travaux relatifs aux pourparlers devant aboutir à la signature de la convention collective des journalistes et professionnels des médias.

Sous la médiation du Directeur du Dialogue social et des Relations professionnelles, Apollinaire Kokou Atadi, ces échanges sont censés permettre aux parties prenantes (les patrons de presse et les employés) de s’entendre sur le contenu et les conditions de leur collaboration.

« Le paysage médiatique subit des mutations sur le plan national. Il nous faut un encadrement juridique pour notre métier de journaliste aujourd’hui au Togo (…) Le droit commun n’est pas satisfaisant, c’est pourquoi nous recourrons à la convention collective qui est une étape décisive parce qu’il y a la question de financement des entreprises de presse (…) », a relevé en ouverture des travaux, le ministre de la Communication et des Médias, Prof Akodah Ayewouadan.

Selon les informations, les discussions sont censées s’étaler sur cinq (05) jours, mais elles pourraient, au besoin, se poursuivre au-delà de cette échéance.

À ce premier jour, une dizaine d’articles consacrés à l’objet, au champ d’application et autres généralités ont été parcourus et amendés.

« Les pourparlers au cours de cette première réunion se sont accentués sur l’article 5 consacré à la définition de la fonction de journaliste, notamment la possibilité de bosser sur plusieurs organes à la fois. Ce qui, aux yeux de certains patrons, est assimilable à une prostitution professionnelle », rapporte un participant.

Composé de quatre-vingt-dix-huit (98) articles, le projet de convention collective des journalistes et professionnels des médias planche sur le statut de journaliste, les conditions d’exercice de la profession, la déontologie et l’éthique, les sanctions disciplinaires, les conditions d’embauche, la rémunération et la classification professionnelle, la protection sociale, les récompenses à décerner aux journalistes, entre autres.

Il faut rappeler que du côté des patrons, les principaux participants à cette concertation sont entre autres, des représentants du Conseil national des patrons de presse (CONAPP), du Patronat de la presse togolaise (PPT), de l’Union des radios et télévisions libres du Togo (URATEL), du Conseil togolais des éditeurs de presse (CTEP), l’Association togolaise des organes de presse privée en ligne (ATOPPEL). Ceux-ci ont en face d’eux, les représentants des employés qui sont venus des groupes syndicaux, notamment, le Syndicat national des journalistes indépendants du Togo (SYNJIT) et l’Union des journalistes indépendants du Togo (UJIT).

Anika A. (+22891024439)

Lire Aussi :   Éducation : De nouveaux noms rejoignent la liste des chefs d'établissements rétrogradés

Articles en relation