Guerre en Ukraine : Le Togo n’est pas à l’abri après la flambée mondiale des prix des produits pétroliers

238 0

©AfreePress-(Lomé, le 15 mars 2022)-Le prix du pétrole brut Brent connaît depuis le 20 décembre 2021, une augmentation de 22% en passant de 72 USD à 88 USD (52 695,48 Franc CFA).

De son côté, le prix du pétrole brut West Texas Intermediate (WTI) est passé de 69 USD à 86 USD, soit une augmentation de 25%.

La situation s’est dégradée avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, avancent les experts. Depuis le début de la guerre, le prix du baril a grimpé de 33%, relèvent-ils.

A la date du 7 mars 2022, le tarif du baril affichait 130,03 dollars (environ 80 000 F CFA). Un record absolu après juillet 2008, année de la crise financière, où le prix du baril a affiché les 147,50 dollars US.

Cette hausse des tarifs résulte de cette guerre puisque la Russie fait partie des trois plus grands pays exportateurs de l’or noir dans le monde et qui essuie aujourd’hui des sanctions de l’Union Européenne.

La situation au Togo

Au Togo, le prix du carburant est de 0.84 dollars US/litre à la pompe. Soit le plus bas prix en Afrique de l’ouest après le Nigéria (0.41 dollar USD), qui est un pays producteur de pétrole.

Comparativement, aux autres pays, disent les techniciens, l’augmentation du prix du baril de pétrole s’est fait sentir en Europe, notamment en France où les prix du litre des produits pétroliers ont augmenté de 5 à 6 centimes d’euros par rapport à décembre 2021.

Sur le continent africain, plus précisément au Bénin, les prix à la pompe du gasoil et de l’essence ont augmenté respectivement de 5 francs CFA et 15 francs CFA depuis le 1er octobre. Et en début du mois de mars 2022, le prix de l’essence au Bénin est de 1 dollar USD (environ 600 F CFA). De même, au Ghana, le prix à la pompe a connu également une augmentation au cours de ce mois de mars avec un prix maximum estimé à 1,22 dollar USD (plus 600 F CFA).

Lire Aussi :   Transitions politiques et lutte contre l’extrémisme violent : Voici ce que recommande le colloque international de Lomé

En République démocratique du Congo, la situation est plus prononcée, car les prix à la pompe ont plus que doublé.

D’après les informations obtenues par l’Agence de presse AfreePress, le niveau des prix au Togo n’a été possible que grâce aux subventions de l’Etat sur les produits importés.

Entre 2021 et 2022, l’Etat a subventionné les produits pétroliers à hauteur de 7,875 milliards F CFA.

« Au vu des prévisions d’augmentation des prix du pétrole jusqu’à 100 USD, le maintien du prix du carburant à son niveau actuel à l’échelle nationale nécessiterait des subventions encore plus onéreuses qui affecteraient la disponibilité financière de l’Etat et pourraient entraver la mise en œuvre des projets stratégiques du gouvernement », informe-t-on au niveau du ministère du Commerce.

« Après avoir frôlé son record historique, le prix du baril se stabilise depuis quelques jours autour de 100 USD. Si la tendance haussière persiste, le Togo ne peut pas être du reste et pourrait éventuellement initier des réformes dans le secteur », précise une source.

Selon les informations, les situations sanitaires et sécuritaires au niveau international ont également perturbé l’approvisionnement du Togo en produits pétroliers avec des niveaux de prix de plus en plus élevés.

« Le Gouvernement est à pied d’œuvre à travers des achats spots pour éviter la pénurie des produits pétroliers dans le pays », rassure la source.

Raphaël A.

Articles en relation