Grogne à la CEET : Les employés remontés suite à une décision de la Direction générale

224 0

©AfreePress-(Lomé, le 24 mars 2022)-L’ambiance était électrique au siège de la Compagnie Énergie Électrique du Togo (CEET) dans la matinée du jeudi 24 mars 2022.

Les employés se disent  » très remontés » suite à une décision de la Direction générale de cette compagnie de revoir à la baisse, le taux des gratifications accordées chaque année au personnel.

Selon les informations recueillies sur place par un reporter de l’Agence de presse AfreePress, de 1,2% en 2021, ce taux de gratification est ramené cette année à 0,5. Une décision du Conseil d’administration de cette compagnie qui passe mal dans les rangs du personnel qui a tenu à manifester son mécontentement par un mouvement de cessation de travail spontanée.

« C’est hier seulement qu’ils ont décidé de ramener le taux de gratifications à 0,5%. L’année passée ce taux était de 2% avant d’être ramené à 1,2% selon la productivité. Aujourd’hui, on nous annonce que c’est encore ramené à 0,5. Ce que nous exigeons aujourd’hui, ce n’est pas uniquement dans notre intérêt, mais aussi pour nos jeunes qui arrivent. La vie est très chère aujourd’hui dans notre pays et cette gratification nous soulage un peu », a lancé un employé rencontré.

D’après ses explications, ladite gratification est versée sous forme de primes de risque à la fin de chaque année.

Sur place, les activités sont toujours paralysées. Seulement le service minimum est rendu aux guichets de la société et l’accès à la cour où sont réunis les grévistes est strictement interdit à toute personne étrangère.

Sous le regard vigilant de quelques forces de l’ordre et de sécurité, déployées sur les lieux, les grévistes font entendre leur mécontentement par des hurlements et cris stridents à partir des objets métalliques et des sifflets.

Selon les informations, suite aux discussions avec les premiers responsables qui n’ont pas abouti, une délégation des syndicats du personnel s’est rendue au cabinet du ministre des Mines et de l’énergie pour rencontrer leur ministre de tutelle, Mme Mawunyo Mila AZIABLE.

Pour l’instant, les employés ne comptent pas baisser les bras tant qu’une solution concertée n’est pas trouvée.

Raphaël A.

Lire Aussi :   Économie : La BPI disposée à soutenir l'entrepreunariat des jeunes

Articles en relation