Régions de la Kara et des Savanes : Le « Fonds Tinga » va permettre de se raccorder au réseau électrique de la CEET à partir de 1 000 F CFA

223 0

©AfreePress-(Lomé, le 27 mars 2022)- La phase pilote de la mise en œuvre du nouveau projet de subvention de l’électrification, dénommé « Fonds Tinga », va démarrer le 1er avril 2022 dans les régions de la Kara et des Savanes.

L’annonce a été faite, vendredi 25 mars 2022, à la suite du Conseil des ministres délocalisé, tenu à Gando dans la préfecture de l’Oti-Sud (à 533 km au nord de Lomé).

D’après le ministre délégué auprès du Président de la République, chargé de l’énergie et des mines, Mawunyo Mila AZIABLE, cette phase d’essai permettra à l’Etat togolais, d’offrir des subventions remboursables aux populations à faible revenu afin de leur faciliter l’accès au réseau électrique.

« Lors de cette phase pilote d’une durée de 9 mois, qui se déroulera dans les régions de la Kara et des Savanes, le fonds permettra à environ trente-trois mille (33 000) ménages d’être raccordés à l’électricité contre le paiement d’un montant initial de mille (1 000) FCFA au lieu d’un coût moyen de cent mille (100 000) FCFA.

Le reliquat des frais d’accès sera remboursé sur une période allant, jusqu’à dix (10) ans en fonction du revenu des ménages », a-t-elle indiqué.

Pour le gouvernement, il s’agit de renforcer l’inclusion des populations à travers l’accès à l’électricité de qualité à coût abordable conformément à l’axe 1 de la feuille de route 2020-2025.

« A l’issue de cette phase pilote, pour laquelle l’État mobilisera trois (3) milliards FCFA, le taux d’électrification de la région des Savanes passera de 22 à 31% et celui de la Kara de 35 à 50% », précise le communiqué.

Il faut noter que le « Fonds Tinga » permet de couvrir les frais de branchement au réseau national de distribution de l’énergie électrique basse tension ou à un mini-réseau basse tension, les coûts de réalisation des travaux d’installations électriques intérieure basse tension ainsi que l’acquisition des équipements électriques nécessaires et des kits solaires.

Raphaël A.

Lire Aussi :   Santé et environnement : L’université de Lomé fait sa part

Articles en relation