Hausse des prix des produits pétroliers : Les Togolais donnent leur avis

212 0

©AfreePress-(Lomé, le 29 mars 2022)- Le gouvernement a annoncé dans la nuit du lundi 28 mars 2022, une hausse des prix des produits pétroliers à la pompe.

Le super sans plomb est désormais vendu à 595 F CFA le litre, une hausse d’environ 18 %. Pour sa part, le litre du pétrole lampant s’échange à 550 F CFA contre 400 F CFA auparavant.

Pour les consommateurs, en l’occurrence les automobilistes, la surprise est désagréable.

« Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement fait des annonces comme ça. On augmente le prix à la télé dans la nuit et le lendemain, on nous demande en même temps de se conformer à la nouvelle décision. Et voilà des gens sont venus à la station avec 505 F CFA ce matin pour payer de l’essence, on leur dit que les prix ont été augmentés. Ce n’est pas normal cette façon de faire. Ça prouve qu’on ne connaît pas les difficultés de la population. Ici à Lomé, parfois, on se réveille seulement avec l’argent du litre du carburant (505 F CFA). Et c’est avec cette somme qu’on démarre la journée jusqu’au soir avant de faire un bénéfice pour aller manger à la maison avec sa famille (histoire de faire taxi-moto). Vous verrez qu’avec cette augmentation qui prend effet dans l’immédiat, les gens vont vraiment crever. Nos gouvernants vont trouver ça banal. Mais c’est une évidence. C’est triste, ce qui se passe », s’est plaint un conducteur de taxi-moto au micro de l’Agence de presse AfreePress.

Le phénomène de la vie chère et surtout, la flambée des prix des denrées de première nécessité sont les principales raisons pour lesquelles la population estime que le gouvernement ne devrait pas augmenter le prix des produits pétroliers.

« L’Etat devrait avoir des réserves. Même si le prix du baril du pétrole a changé sur le plan mondial, le gouvernement devrait savoir qu’en ce moment, les Togolais ne peuvent pas supporter une augmentation. C’est pourquoi, l’Etat devrait normalement prendre en charge la situation. Gouverner, c’est prévoir. La situation est annoncée depuis, donc, l’Etat pouvait se préparer et aider la population sachant que le pays est frappé par le phénomène de vie chère », a indiqué pour sa part, Germain Sossou, acteur politique et Conseiller municipal dans la commune Golfe-3.

La population craint surtout que cette hausse n’affecte les prix des autres produits.

« Avec la hausse des prix du carburant, les frais de transport vont être revus à la hausse ainsi que les produits de première nécessité. Les prix de certains produits sont déjà exorbitants alors que les salaires restent les mêmes. La vie devient de plus en plus chère », analyse avec amertume, Edwige Menssah, rencontrée au marché d’Assiyéyé à Lomé.

Lire Aussi :   ‘’Customer Service Week’’ : Togocom à la rencontre de sa clientèle

Plusieurs consommateurs interrogés par l’Agence de presse AfreePress, demandent au gouvernement de surseoir à cette mesure pour protéger la population dont le pouvoir d’achat est de plus en plus faible.

« Même s’il faut faire des prêts pour sauver la situation, le gouvernement doit le faire », plaide pour sa part, Charles Koffi, commerçant.

En réponse, le gouvernement, à l’occasion d’une conférence de presse organisée, mardi 29 mars 2022 à Lomé, a mis en avant le fait que le prix du baril de pétrole soit en hausse quasi constante avec un pic le 07 mars 2022 (123,7$) où il était estimé à 71% du prix au 11 juin 2021.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février dernier, le prix du Brent sur le marché spot a augmenté de +26 $/b pour clôturer au 11 mars dernier à 123,5 $/b, son plus haut niveau en dix ans, fait noter le gouvernement.

Au Togo en particulier, les prix de ces produits sont restés les mêmes depuis plusieurs mois (juin 2021), tandis qu’ils augmentaient dans les pays voisins. Même en cette année 2022, les prix de l’essence ont déjà connu des hausses, se défend le ministre du Commerce qui donne comme exemple, le cas du Bénin, où le 02 mars, le prix est passé à 600F/L contre 545 FCFA en février 2022. Au Ghana, le prix à la pompe de l’essence est passé de 8,22GHc (670,66 F CFA) à 9,72 GHc (793,05 F CFA) à compter du 16 mars 2022. En Côte d’Ivoire, le prix de super sans plomb est passé de 615F/L à 635F/L à compter du 1er février 2022.

« De nouvelles mesures sont donc envisagées dans notre pays afin de réaliser un ajustement des prix des produits pétroliers, et mettre en place des actions permettant de maintenir les prix des denrées à un niveau supportable pour les populations », a laissé entendre le ministre Kodjo Adedze.

Anika A. (+22891024439)

Articles en relation