Politique : Jean Kissi et le CAR proposent de regrouper les élections pour éviter un « gaspillage des fonds publics »

104 0

©AfreePress-(Lomé, le 1er avril 2022)-Le Comité d’Action pour le renouveau (CAR) est opposé à l’organisation des élections régionales et tient à le faire savoir.

Les premiers responsables du CAR, font un procès au cadre électoral, qui disent-ils, « n’est pas assaini pour un scrutin libre, équitable, transparent ».

La tenue de ces élections cette année constituerait, selon eux un gaspillage des fonds publics.

« Nous avons dénoncé la tenue des élections régionales. Je considère que ces élections ne doivent pas avoir lieu, ceci parce que chaque élection coûte 10 à 15 milliards au Togo. En 5 ans, le Togo est en train d’organiser 5 élections : législative en 2018, municipale en 2019, présidentielle en 2020 et les régionales qui devraient normalement être tenues en 2021, sont repoussées en 2022, en 2023, nous avons les élections à échéance constitutionnelle, les législatives, ça fait cinq élections en 5 ans pour un pays en développement. A ce niveau, qui sommes-nous pour que le peuple soit dans une misère et que nous utilisions l’argent du peuple comme ça. Pourquoi dépenser autant d’argent pour les élections alors le peuple meurt dans la misère ? », se demande Jean Kissi, Secrétaire général du CAR, reçu jeudi 31 mars 2022 sur une radio Kanal Fm.

Le CAR propose de regrouper toutes ces élections en une seule générale comme cela se fait dans d’autres pays, afin d’économiser l’argent du contribuable.

« En économisant sur ces élections nous pouvons refaire le chemin de fer de Lomé à Blitta et en deux quinquennats nous pouvons refaire le chemin de fer d’ici à Cinkassé. Et ça va protéger l’environnement, ralentir les accidents et permettre d’évacuer les marchandises depuis le port vers Cinkassé », a-t-il laissé entendre.

Il faut noter qu’à l’occasion de sa rentrée politique tenue le 27 mars 2022, le parti de Feu Me Yawovi Agboyibo a clairement exprimé son intention de boycotter les prochaines élections si un cadre adéquat n’est mis sur pied pour une résolution durable des crises électorales.

Raphaël A.

Lire Aussi :   La CEET alerte de nouveau sur des cas d’arnaque

Articles en relation