Des mécanismes bien pensés pour l’inclusion sociale au Togo

292 0

©AfreePress-(Lomé, le 11 avril 2022)-Au Togo, le gouvernement accorde une attention particulière à l’inclusion sociale et financière. La preuve est la multiplication des mécanismes destinés à l’autonomisation financière des populations vulnérables.

Au rang de ces mécanismes, il y a le produit Nkodédé du Fonds national de la finance inclusive (FNFI). De 05 millions à son lancement, le plafond est passé à 10 millions de francs CFA en 2021.

Le deuxième cycle du produit est déjà accordé aux bénéficiaires du premier cycle ayant honoré leurs engagements sans incidents. Ces derniers peuvent demander des crédits allant jusqu’à 10 millions de Francs CFA pour accroître leur productivité et subvenir convenablement à leurs besoins.

Pour la performance enregistrée en peu de temps, le gouvernement veut passer à une étape supérieure. Un projet de décret a été adopté en Conseil des ministres le 16 mars 2022 pour étendre le projet à d’autres couches de la population. Il s’agira de changer davantage la vie des bénéficiaires à travers des épargnes afin de réduire la pauvreté dans le pays.

Au même moment, l’exécutif pense au renforcement de la bancarisation dans le pays à travers ces mécanismes d’inclusion.

En 2018 et 2019, le Togo était le pays qui affichait le meilleur taux de bancarisation dans l’espace UEMOA, d’après les statistiques rendues publiques par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

« Le Taux de bancarisation strict (TBS) du Togo était de 26,8% devant le Mali (23,3%), le Bénin (22,5%) et la Côte d’Ivoire (21,6%). En 2019, ce taux est revenu à 25,1% tout en étant le plus grand taux dans l’espace UEMOA. De 35% en 2016, le taux d’inclusion financière du Togo est passé à 72% en 2019”, informe un document rendu public par le ministère chargé de l’Inclusion financière.

L’autre mécanisme qui a contribué également à la politique d’inclusion financière au Togo est le Projet national de promotion de l’entrepreneuriat rural (PNPER).

Ce projet, qui a connu son épilogue en 2021, a permis d’accompagner en 6 ans, près d’un millier de promoteurs en milieu rural, selon les informations reçues par l’agence de presse AfreePress.

Pour la seule année de 2020, le PNPER a décaissé 3,3 milliards de francs CFA pour le compte de ces promoteurs, financé 688 projets, 12 coopératives et facilité la création de 1 657 emplois directs et indirects.

Raphaël A.

Lire Aussi :   BEPC 2021 : taux de réussite légèrement inférieur à celui de 2020

Articles en relation