Fête de l’indépendance : Les Togolais s’expriment

144 0

©AfreePress-(Lomé, le 27 avril 2022)-Le Togo commémore, mercredi 27 avril 2022, le 62e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Dans quel état d’esprit, les Togolais célèbrent cet événement ? C’est ce qu’a tenté de savoir une équipe de l’Agence de presse AfreePress, qui est allée au contact de certains citoyens.

Dans la capitale, les couleurs nationales sont visibles partout sur les grandes artères de la ville et annoncent fièrement les festivités du 62e anniversaire de l’accession du Togo à la souveraineté internationale.

Les effigies à l’image des Pères de l’indépendance, trônent tout le long des voies affichées sur de grands panneaux publicitaires dans la ville et le drapeau aux cinq bandes horizontales, flotte sur des poteaux aux carrefours de la capitale.

Pourront Germain Akoli, la trentaine d’âge, ce sont ces signes extérieurs qui donnent de la saveur à la célébration.

« Quand je vois ces photos, et les drapeaux qui sont mis à chaque niveau des carrefours, je sens vraiment que nous célébrons un événement et je me sens Togolais. Parce que nous avons tous appris ce que l’indépendance a coûté à nos aïeux et sans cette indépendance, nous n’aurons pas le contrôle sur notre destin. C’est le colon qui devrait nous dicter ce que nous devons faire et ce serait la continuité de l’esclavage. Donc à chaque fois qu’on célèbre la fête de l’indépendance, même si la vie est dure, je me sens libre et appartenir à cette nation qui m’a vu naître », a-t-il déclaré.

Edwige, élève en classe de Terminale au Lycée Technique d’Adidogomé, n’est pas non plus indifférente à cette commémoration. Pour elle, la célébration de l’indépendance du Togo rappelle à la jeunesse, sa part de contribution au développement du pays.

 » En nous informant de ce qui s’est passé avant les indépendances, je crois qu’on nous appelle à travailler pour changer les choses. Et à mon avis, c’est cette célébration qui nous rappelle cette mission ”, a-t-elle martelé.

Lire Aussi :   Des Togolais blessés à Beyrouth : Le Togo va les assister

Mme Abla Kpakpovi est commerçante au marché d’Adidogomé Assiyéyé. Pour elle, l’heure doit être avant tout à la célébration d’une liberté arrachée au bout d’une lutte acharnée.

« J’ai 70 ans et j’ai encore des souvenirs de cette époque. Nos parents chantaient ‘’Ablodé’’ et c’était la joie partout. Nous sommes fiers d’avoir pu sortir de la domination de la colonisation même si aujourd’hui nous dépendons de l’Occident. Un grand pas a été franchi et c’est à la nouvelle génération de faire en sorte que cette dépendance prenne fin. Donc c’est une bonne chose de se souvenir de cette journée de l’indépendance », a-t-elle indiqué.

Au niveau des autorités, un appel est lancé aux citoyens à cultiver le sentiment d’appartenance à la nation togolaise. Ceci à travers un engagement renouvelé en faveur du vivre ensemble, de la paix, de la cohésion sociale, du civisme, de la citoyenneté.

« Tout d’abord, il faudrait que le citoyen togolais ait en mémoire les sacrifices consentis par ses aïeux pour obtenir cette indépendance. Les indépendances ont été arrachées de hautes luttes et il faudrait que le citoyen togolais se rappelle de ces sacrifices et ensuite, s’engage à préserver les acquis de cette indépendance en promouvant le vivre ensemble et la cohésion sociale. A cela s’ajoute, le respect des emblèmes de la nation, le respect des autorités, et surtout la solidarité nationale qui nous permettra d’être une nation forte », a insisté AGANO Koffi, Chef division chargé des relations avec les médias à la Direction de la formation civique.

Il faut noter qu’après deux ans de célébration dans la sobriété à cause de la pandémie du Covid-19, la commémoration du 62e anniversaire de l’indépendance du Togo sera marquée, cette année, par un défilé militaire et civil à la place des fêtes à Lomé présence du Chef de l’État, Faure Gnassingbé.

Raphaël A.

Articles en relation