Fête du 1er mai : Le gouvernement réitère son sens d’écoute et de concertation à ses partenaires sociaux

141 0

©AfreePress-(Lomé, le 1er mai 2022)-La Journée internationale des travailleurs, a été commémorée dimanche 1er mai 2022. Au Togo, l’événement a été célébré en toute sobriété pour cause de Covid-19. En lieu et place du défilé et autres activités festives, le gouvernement et les partenaires sociaux se sont retrouvé autour d’une table pour échanger sur les défis à auxquels est confronté le monde du travail au Togo.

La rencontre présidée par le Président du conseil national du dialogue social (CNDS), Kondé SANGBANA a permis aux deux parties de passer en revue et d’apprécier les efforts engagés par le gouvernement afin de faire face aux impacts de la pandémie, assurer une relance économique efficace et soutenir le pouvoir d’achat des populations.

Avant de présenter son cahier de doléances au gouvernement, la Coordination des centrales syndicales (CCST), a tenu à saluer les avancées « significatives » enregistrées dans les secteurs de l’éducation et de la santé grâce aux discussions permanentes avec l’ensemble des acteurs.

dav

 

« Les confédérations syndicales du Togo se félicitent de que le gouvernement soit investi et ait engagé des discussions courageuses dans les secteurs de l’éducation et de la santé. Il a imprimé une dynamique aux questions d’allocations de départ à la retraite dans la fonction publique. Qu’il se soit engagé dans l’extension de la couverture maladie à tous. Qu’il ait regardé de près, les nombreux problèmes liés à la non-application de la législation sociale dans la plupart des entreprises et sociétés privées et enfin, qu’il ait prêté une oreille attentive aux cris de détresse des travailleurs et leurs familles secouées par l’augmentation insoutenable de la cherté de la vie », a laissé entendre, le Porte-parole de la CCST, SENOUVO Vissikou.

Sur les points non encore satisfaits, la coordination a exhorté le gouvernement à poursuivre ses efforts pour répondre aux attentes des travailleurs.

Les organisations syndicales des travailleurs, sollicitent par la même occasion, plus de moyens afin, disent-elles, de mieux prendre en main les problèmes de l’éducation et de la santé à travers une éducation ouvrière approfondie et continue. Elles demandent également au gouvernement d’harmoniser le paiement des indemnités de départ à la retraite dans la fonction publique. De même, elles plaident pour une révision du Code du travail afin de permettre à tous les travailleurs du pays de bénéficier des mêmes droits.

Lire Aussi :   Médias : Les journalistes Ferdinand Ayité et Joël Egah libérés avec condition

En réponse aux doléances des travailleurs, le ministre de la Fonction publique, du travail et du dialogue social, Gilbert Bawara a réitéré la disponibilité du gouvernement à faire preuve d’un sens d’écoute et de concertation pour apporter des solutions concrètes et durables aux problèmes sociaux.

« Nous prenons acte du cahier de doléances des organisations syndicales des travailleurs. Nous prenons bonne note des préoccupations exprimées par les organisations professionnelles d’employeurs. Le gouvernement a toujours privilégié le dialogue et la concertation. Nous continuerons dans le même sens pour le bien-être de tous », a-t-il laissé entendre.

Le ministre Bawara a, à son tour, invité les organisations syndicales au respect des textes régissant la liberté syndicale et d’exercice du droit de grève au Togo. Pour lui, seul le climat d’apaisement social permettra d’avancer ensemble vers l’objectif commun.

« Nous exhortons vivement les organisations syndicales des travailleurs à être attentifs au respect des droits et règlements qui existent dans notre pays. (…) Nous devons continuer à dialoguer, mais si nous voulons aller beaucoup plus loin dans ce que nous recherchons, nous avons besoin d’un climat de paix et de sérénité. Et le climat de paix et de sérénité ne se décrète pas. Ce ne sont pas les lois et les décrets qui vont garantir cela. C’est dans nos habitudes et dans nos comportements », a-t-il rappelé.

A noter que le ministre Bawara avait à ses côtés, ses collègues de la Santé, du Commerce, de l’Économie et des finances, des Enseignement, des Investissements et de l’Action sociale.

Raphaël A.

Articles en relation