Lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent : La presse s’engage

18 0

©AfreePress-(Lomé, le 4 mai 2022)-Placée sur le thème : « Médias et résilience face aux crises de l’heure », la 2e édition de la « semaine de la presse » bat son plein à Lomé.

Mercredi 04 mai 2022, une trentaine de journalistes a pris part à un atelier de formation et de renforcement des capacités consacré au phénomène de l’extrémiste violent et du terrorisme.

A cette occasion, les participants ont été entretenus sur les origines du phénomène d’extrémisme violent qui sévit avec acuité dans la sous-région, son expansion dans les différents États et aussi, la mission qui est celle de la presse pour combattre le phénomène.

Cette session de formation a été assurée par le Commissaire de police, Kolani Souklouman, chef du Comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (CIPLEV).

« L’utilisation croissante des réseaux sociaux par les groupes d’extrémisme violent (tout comme les médias) peut être source de propagande et révèle la nécessité de rappeler à la presse, sa contribution à la prévention de la violence en assurant l’objectivité de l’information. La presse doit s’associer à la démarche du gouvernement qui prend des mesures préventives opérationnelles et souples afin de garantir la sécurité des citoyens. Il est important pour le CIPLEV que la presse parvienne à une compréhension partagée du phénomène d’extrémisme violent et s’inscrive dans une synergie d’efforts en vue d’une meilleure prévention de l’extrémisme violent au Togo », a laissé entendre, le formateur.

Concrètement, à partir de cet atelier, le Conseil national des patrons de presse (CONAPP), entend mobiliser les hommes et femmes de médias et les amener à sensibiliser davantage les populations contre ce phénomène qui menace les pays de la sous-région, y compris le Togo.

« La presse ne peut pas rester bras croisés pour dire que la lutte contre l’extrémisme violent, le djihadiste, le terrorisme n’incombe qu’aux autorités du pays ou n’est que l’affaire des forces de l’ordre et de défense (…) La presse a un rôle social à jouer », a déclaré pour sa part, le président du Conseil national des patrons de presse, El-Hadj Arimiyao TCHAGNAO.

« Il y a dans certaines parties de notre pays où les gens n’ont pas connaissance de ce phénomène. Il faut que la presse aille expliquer le phénomène aux populations et leur fasse comprendre ses dangers. C’est un travail citoyen que nous les journalistes, nous devons faire », a-t-il ajouté.

Anika A. (+22891024439)

Lire Aussi :   ESSEG Statistique, une université spécialisée dans la formation de statisticiens de qualité

Articles en relation