FESMA : Un événement à inscrire à l’agenda culturel du Togo

177 0

©AfreePress-(Lomé, le 10 mai 2022)-La 1ère édition du Festival gastronomique et culinaire dénommé : FESMA ou « Festival la Marmite », a officiellement démarré mardi 10 mai 2022 à Lomé. C’était à travers une cérémonie d’ouverture présidée par le ministre de la Culture et du Tourisme, Kossi Gbényo LAMADOKOU en présence du 1er Vice-président de l’Université de Lomé, Komla Batawila, du corps diplomatique ainsi que d’éminentes personnalités venues de plusieurs pays.

Durant cinq jours, ce festival, premier du genre au Togo réunira sur l’esplanade du Palais des Congrès de Lomé, une vingtaine de chefs togolais et africains autour du thème : “Cuisine africaine : les enjeux du consommer local et les nouveaux modes d’alimentation”.

L’objectif d’après les promoteurs, est de faire découvrir au grand public, la qualité et les valeurs de la cuisine togolaise et africaine, valoriser les savoir-faire culinaires des régions du Togo et amener les acteurs de la chaîne alimentaire à fédérer leurs efforts pour assurer aux populations africaines, une meilleure alimentation.

« Pendant les cinq prochains jours, la capitale togolaise sera l’endroit où il faudra être si on a envie de revisiter l’art culinaire africain, agrémenté du savoir-faire d’autres continents. Notre ambition est également de réunir public, professionnels et amateurs autour de la valorisation du patrimoine gastronomique togolais et africain. Il s’agit d’informer, de rassembler, de fédérer autour des saveurs locales, en faisant la promotion des produits du terroir, expression de valeurs traditionnelles », a indiqué Jean-Paul AGBO-AHOUELETE, Directeur général de ‘’FOCUS YAKOU’’, l’agence de communication qui organise cet festival en collaboration avec « AFRICA GASTRONOMIE TOGO ».

Dans son intervention, le ministre chargé de la Culture et du tourisme, a salué la tenue de cet événement culturel. Pour lui, il s’agit d’une idée originale qui vient renforcer le projet de promotion de la consommation locale lancé par le gouvernement.

« Ce festival entre dans la droite ligne de la volonté du Chef de l’Etat de promouvoir la culture togolaise et d’en faire le socle de son développement. Il épouse également les orientations de la feuille de route gouvernementale dans son projet 19, qui attend valoriser le secteur de la culture et du tourisme, développer une offre touristique et de loisirs. Ce festival renforce par ailleurs la volonté du gouvernement de promouvoir la consommation locale en mettant en avant la chaîne de production culinaire de notre pays », a-t-il laissé entendre.

Le ministre n’a pas manqué de réitérer la volonté du gouvernement à soutenir ce festival dont l’ambition est de faire rayonner la culture togolaise à travers l’art culinaire.

« Compte tenu des enjeux gagnants de cette initiative, le gouvernement par ma voix, souhaite vivement que cet événement connaisse un véritable succès, et que ce succès soit consolidé par les nombreuses expériences dans le domaine pour les prochaines éditions, afin d’en faire un événement à inscrire dans l’agenda périodique culturel de notre pays », a ajouté le ministre.

Un colloque international marque le début du FESMA !

Lire Aussi :   Adhésion du Togo au Commonwealth : Le Président Faure Gnassingbé exprime toute sa satisfaction

L’ouverture officielle de la 1ère édition du FESMA a été marquée par un colloque international.

A l’auditorium de l’Université de Lomé, il s’agit pour les enseignants-chercheurs des universités du Togo et d’ailleurs, spécialistes en gastronomie, en santé nutritionnelle et autres acteurs de la chaîne alimentaire de mener une réflexion scientifiquement profonde sur le savoir-faire culinaire togolais et sur la gastronomie africaine et de proposer des approches de solution à mettre en œuvre pour promouvoir la gastronomie du continent.

« Nous avons choisi de rassembler dès le début de ce festival dédié à la marmite, la communauté scientifique avec des amateurs venus de plusieurs disciplines, pour réfléchir sur les enjeux contemporains de la gastronomie africaine. Manger en effet reste pour des millions de personnes à travers le monde, un luxe qui nécessite que peu de réflexions en raison de l’absence de choix. Il est donc nécessaire de repenser véritablement la chaîne alimentaire, de la production jusqu’à la consommation, en mettant au cœur de notre réflexion, la santé, et la satisfaction des besoins alimentaires de l’humanité », a confié Jean-Paul AGBO-AHOUELETE.

FESMA d’après son promoteur se veut également un rendez-vous régulier et incontournable pour les acteurs de la chaîne alimentaire.

« Le FESMA est une occasion pour nous de célébrer, l’existant, d’encourager le brassage du culture gastronomique et de promouvoir une alimentation saine pour nous et surtout pour nos enfants (…) Nous ne sommes qu’au premier acte d’un événement périodique qui je l’espère sera le rendez-vous incontournable des acteurs de la chaîne alimentaire africaine et mondiale dans quelques années », a insisté le promoteur.

Pour le représentant du Président de l’Université de Lomé, ce colloque international est une opportunité de croiser les regards sur le couple ‘’science et gastronomie’’ en Afrique.

« L’objectif général, c’est de faire dialoguer plusieurs disciplines, de croiser plusieurs regards scientifiques de l’art gastronomique. Spécifiquement, il s’agit de comprendre les enjeux économiques, juridiques et sanitaires et socioculturels, de contribuer à l’amélioration du cadre gastronomique et au renforcement de capacité de gouvernance local en Afrique. Cette rencontre permettra élégamment de suggérer des approches à mettre en œuvre pour promouvoir la gastronomie africaine », a expliqué M. Batawila.

Pour rappel, le FESMA se poursuit sur l’esplanade du Palais des Congrès de Lomé avec la participation d’une centaine 100 exposants (chefs cuisiniers, restaurateurs, hôteliers, producteurs, transformateurs, industriels, distributeurs).

Raphaël A.

Articles en relation