Santé : L’approche contractuelle ‘’améliore l’offre de soins dans les hôpitaux’’

126 0

©AfreePress-(Lomé, le 23 mai 2022)- « Rendre saine la gestion des formations sanitaires et garantir des soins de qualité et à coût raisonnable à la population ». Tel est l’objectif visé par le processus de contractualisation démarré en juin 2017 et piloté par le gouvernement togolais dans les hôpitaux du pays.

Près de cinq après, les résultats sont encourageants sur le terrain. Selon les informations fournies par les autorités sanitaires, la contractualisation a permis une augmentation significative du taux de fréquentation, de consultation, d’hospitalisation et rehaussé les recettes des hôpitaux concernés.

« L’approche a été déployée dans 08 centres : le CHU Sylvanus Olympio ; le CHU Kara ; les CHR d’Atakpamé, de Sokodé et de Dapaong ; le CHP de Blitta et de Notsè et le CMS de Siou. La contractualisation a permis d’améliorer l’offre de soins à travers une augmentation du taux de fréquentation, une croissance du nombre d’actes médicaux, une meilleure disponibilité des médicaments et une plus grande prise en charge des indigents », informe une note du ministère de la Santé.

Au CHR d’Atakpamé et au CHP de Blitta, dès les premiers mois de l’opérationnalisation de la mesure en 2020, tout a changé dans le bon sens du terme, rassure le ministère, précisant que les médicaments utiles ou réclamés par les divers prestataires dans chaque formation ont été rendus disponibles à plus de 95%, ce qui n’était pas le cas avant.
Une meilleure prise en charge du personnel

A en croire le ministère, la bonne gestion des ressources a permis de payer régulièrement les agents contractuels. Leurs salaires mensuels, précisait-il, se chiffraient à 18 millions au moment du bilan.

Lire Aussi :   Colonel Mohaman Djibril: « La baisse des cas de contamination s’explique par le respect des mesures barrières et la vaccination»

L’hôpital d’Atakpamé avait 46 millions de francs CFA de découvert à la banque. Cette somme a été épongée en 08 mois. Grâce aux recettes, il a pu acheter des microscopes, des brancards et la pharmacie a été réhabilitée, explique le département dirigé par Prof. Mostafa MIJIYAWA.

Du côté du CHU Kara, un seuil de recettes à partir duquel un bonus est accordé aux agents a été défini sur une base consensuelle de critères.

« Au mois de novembre, le chiffre d’affaires de la pharmacie au CHR de Dapaong faisait 48 millions, soit plus de 1,5 million par jour dans un hôpital où on était à moins de 200 000 francs CFA par jour », poursuit le ministère de la Santé.

Face à ces résultats ‘’satisfaisants’’, le gouvernement envisage d’étendre la contractualisation à d’autres structures sanitaires.

Raphaël A.

Articles en relation