Les techniques de collecte et de documentation des données des traditions orales objets d’une rencontre à Lomé

57 0

©AfreePress-(Lomé, le 22 juin 2022)-Lomé abrite depuis mercredi 22 juin 2022, un atelier régional de formation des formateurs sur les techniques de collecte et de documentation des sources orales.

La rencontre, initiée par le Centre d’Études Linguistiques et Historiques par Tradition Orale (CELHTO), rassemble les chercheurs et professionnels de la culture venus du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de Guinée, du Niger, du Sénégal et du Togo.

Les travaux prévus pour durer trois, ont été officiellement lancés par le ministre togolais de la Culture et du Tourisme, Dr Kossi Gbenyo Lamadokou, a constaté sur place, un reporter de l’Agence de presse AfreePress.

La formation de Lomé, selon les informations obtenues, entre dans le cadre du programme : « Collecte, sauvegarde, numérisation et diffusion des traditions orales africaines ». Elle est pilotée par le CELHTO et vise à former des formateurs en techniques de collecte, de traitement et de documentation des données des traditions orales africaines.

« Cet atelier sera un cadre de renforcement de capacités, mais aussi de discussion, de réflexion et échanges fructueux entre spécialistes de patrimoine et des traditions orales, qui doivent mener bataille pour sauver ce qui peut l’être encore et doter l’Afrique de ses savoirs menacés de disparition », a confié à AfreePress, le Coordonnateur du CELHTO, Komi N’kégbé Fogâ TUBLU.

Il s’agira, pour les participants, insiste le Chef mission de l’UA au Niger, d’outiller les invités (formateurs nationaux) sur les nouvelles méthodes de collecte pour une sauvegarde efficace et efficiente des traditions africaines.

Lire Aussi :   Togo : La grippe aviaire refait surface

Pour le ministre de la Culture, cette formation vient rappeler aux États la nécessité de la prise en compte de la culture dans leurs politiques de développement.

« La préservation de nos traditions africaines ne pourra être effective que si les collectes des traditions orales sont conduites dans les meilleures conditions surtout de manière rigoureuse et actualisées », a déclaré Dr Kossi Lamadokou.

Pour le ministre, l’atelier de Lomé est en parfaite adéquation avec la politique culturelle du Togo adoptée le 30 mars 2011 dont l’objectif général est d’asseoir les bases du développement culturel et artistique et de l’orienter de manière à maximiser durablement son impact sur une vaste gamme d’objectifs de développement.

Ce dernier, a invité les participants à s’impliquer davantage pour le rayonnement de la culture africaine en général.

Pour rappel, le CELHTO est un Bureau spécialisé de la Commission de l’Union Africaine créé depuis 1968 et basé à Niamey au Niger. Il a pour missions, entre autres, de contribuer au rayonnement des cultures africaines par la valorisation des traditions orales ; travailler à la reconstitution de la mémoire et de la conscience historique de l’Afrique et de sa diaspora.

La tradition orale selon les historiens est, « l’ensemble de tous les styles de témoignages transmis verbalement par un peuple sur son passé ». Elle désigne l’utilisation habituelle de la parole (l’oralité) pour transmettre les faits culturels et de civilisation.

Raphaël A. (+22892060703)

Articles en relation