Affaire de destitution dans le Golfe-3 : La réponse sèche du Maire Kamal ADJAYI à son collaborateur SOSSOU

103 0

©AfreePress-(Lomé, le 29 juin 2022)-Le Maire de la Commune Golfe-3 n’a pas tardé à répondre à son collaborateur, Ayéwou SOSSOU, qui avait introduit une motion de destitution à son encontre pour endettement de la commune.

Dans un courrier réponse en date du 28 juin 2022, Kamal ADJAYI relève des incohérences dans la requête de son conseiller municipal et l’invite à s’approprier les textes relatifs à la décentralisation, surtout ceux conduisant à la destitution d’un Maire.

« Faisant suite à votre correspondance en date du 27 juin 2022, relative à l’introduction à l’ordre du jour du prochain conseil, d’une motion de destitution au motif de l’endettement de la Commune du Golfe 3 dont j’ai l’honneur d’administrer en qualité de Maire, je viens par la présente vous faire part de certaines dispositions de forme et de fond qui ne vous semblent pas évidentes. Parlant de la forme, vous nous adressez un courrier daté du 28 juin 2022 et réceptionné par nos services et ceux de la préfecture, le 27 juin 2022. Et comme pour davantage relayer vos diffamations et ternir notre image, vous publiez sur les réseaux sociaux les décharges obtenues avant même que l’Autorité en charge du contrôle de légalité et moi-même ne prenions connaissance de vos courriers », a relevé le maire.

Sur le fond du courrier de M. SOSSOU, et particulièrement en ce qui concerne l’endettement relève de 663.924.507 F CFA dont il a fait cas, le Maire fait remarquer qu’il ne s’agit pas d’un endettement, mais plutôt d’un déficit enregistré par la commune.

Lire Aussi :   Musque : Lomé va encore vibrer au rythme de l’événement ‘’THE HEROES ’’

« (…) Dans le cas de notre commune, il ne s’agit pas d’un endettement, mais plutôt d’un déficit cumulé sur les deux dernières années d’exercice qui traduit un besoin de financement au regard de nos différentes prérogatives qui sont entre autres l’assainissement du cadre de vie, l’éclairage public, la construction des infrastructures et équipements… Je voudrais également vous relever le caractère institutionnel et résidentiel de notre Commune qui est quasiment dépourvue de ressources fiscales. C’est dans cette optique que l’Etat, en initiant la décentralisation, a anticipé le fait que les communes nouvellement créées, ne pouvant entièrement faire face dès ces premières années auxdites prérogatives, a instauré le principe de l’unicité de caisse dans les livres du Trésor Public afin de mieux les accompagner.

Le patron de la Commune Golfe 3, a par ailleurs exhorté son collaborateur au respect de l’institution dont il est membre et à une « meilleure appropriation des textes relatifs à la décentralisation ».

« Vous avez évoqué l’article 135 de la loi relative à la décentralisation et aux libertés locales comme base légale de votre démarche. En rappel, il ressort dudit article que la destitution ou la révocation du Maire , ou le cas échéant, d’un adjoint intervient dans le cas : endettement de la Commune résultant d’un acte de mauvaise foi ou d’une faute de gestion. Au regard de ces dispositions, j’aimerais vous rappeler qu’il importe de rapporter la preuve de la mauvaise foi ou d’une faute de gestion », a conclu M. Kamal ADJAYI en réponse aux récriminations de son conseiller et collaborateur.

Lire Aussi :   Avant d’aller en grève : Les syndicats du secteur de la santé laissent une dernière chance au gouvernement

Raphaël A.

Articles en relation