Avant-projet de loi destiné à contrer les violences sexuelles en milieu scolaire : Dr Gilbert TSOLENYANU salue un acte historique

71 0


©AfreePress-(7 juillet 2022)-La décision du gouvernement de renforcer l’arsenal juridique togolais par l’adoption d’un avant-projet de loi relatif à la protection des apprenants contre les violences à caractère sexuel est appréciée par les acteurs sociaux.

Le phénomène grandissant de violence à caractère sexuel dans les institutions éducatives et centres d’apprentissage impacte négativement les études des apprenants et compromet leur avenir.

Pour le gouvernement, il était nécessaire de prendre des mesures visant à renforcer l’arsenal juridique existant et à préserver les meilleures conditions possibles pour l’éducation des enfants.

Le Secrétaire général du Syndicat National des Praticiens Hospitaliers du Togo (SYNPHOT), Dr Gilbert TSOLENYANU, résolument engagé dans la lutte contre le même fléau dans le secteur de la santé parle d’un acte historique.

« L’examen de cet avant-projet de loi est un grand pas dans la lutte contre les violences sexuelles dans notre pays. Félicitations au Président Faure Gnassingbé et à son gouvernement pour cet acte historique dans la lutte contre ce phénomène. Par cet engagement au sommet de l’État de lutter contre les violences à caractère sexuel, il revient au Parlement de faire sa part en ratifiant la Convention 190 de l’OIT et, à toute la société togolaise de se mobiliser pour cette ratification », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Il faut noter que l’avant-projet de loi pris par le gouvernement permettra, non seulement de mettre en place les mécanismes de prévention de ces actes, de protéger et d’accompagner les victimes, mais également de renforcer l’arsenal répressif.

« Il existe un arsenal législatif pour protéger les apprenants en milieu scolaire, mais le constat aujourd’hui est que, malgré l’effectivité des textes, il y a encore des situations de violences sexuelles sur les apprenants tant, en milieux scolaire qu’en dehors. Ces situations ont un impact négatif sur la scolarité des jeunes apprenants notamment les filles. Entre 2020 et 2021, c’est près de 1747 grossesses en milieu scolaire qui ont été enregistrées. Cette situation n’est plus tenable. Il fallait réagir et le gouvernement a choisi de renforcer l’arsenal existant en se dotant de cet avant-projet de loi qui vise à aggraver les peines, à proposer un accompagnement en cas de violence sexuelle avérée et à créer les conditions de signalement de ces violences sexuelles, discriminations harcèlement pour que ces situations soient endiguées », a expliqué pour sa part le ministre de la Communication et des Médias, Porte-parole du gouvernement.

Raphaël A.

Lire Aussi :   Togo : Les maires ont enfin une voiture de commandement

Lire Aussi :   A partir de 389 F CFA par jour, accédez aux offres BBOXX-EDF et aux chaînes CANAL+





Source link

Articles en relation