Interdiction de manifestations : L’ANC s’en prend au préfet d’Agoè-Nyivé

44 0


©AfreePress-(Lomé, le 11 août 2022)-Le torchon brûle entre les premiers responsables du parti ‘’Alliance Nationale pour le Changement (ANC)’’ et le préfet d’Agoe-Nyivé, Col Awaté Hodabalo.

Le différend porte sur l’interdiction, à plusieurs reprises, des meetings annoncées par le parti Orange dans la préfecture d’Agoè-Nyivé.

Selon l’ANC, les raisons évoquées par le préfet pour expliquer sa décision ne sont que « des alibis politiciens bien connus des discours du RPT/UNIR, visant à entretenir au Togo, la discrimination et l’exclusion ».

« Le contexte sécuritaire sous régional et national actuel et la nécessité de préserver la sécurité et l’ordre public que vous brandissez dans vos lettres précitées, prévalaient aussi quand, le même 31 juillet, date prévue pour la tenue du meeting de l’ANC, la télévision nationale TVT diffusant allégrement les images de manifestations publiques organisées par des responsables du RPT/UNIR dans les préfectures de la Binah et des Lacs: Dans la Binah, précisément en pays Sola, la manifestation était sur la place publique non clôturée en présence du représentant du ministre des Affaires sociales et de l’Alphabétisation. Ce meeting populaire a été suivi de distribution de vivres aux participants et de danses folkloriques. Il faut noter que la préfecture de la Binah est à 200 km à peine de la région des Savanes théâtre des attaques terroristes que connaît notre pays. À Aného, ce même 31 juillet et selon toujours la TVT, c’est bien la présidente des femmes d’UNIR, Dame Kayi LAWSON qui était à la manœuvre sur la place publique sans craindre des attaques djihadistes », écrit le parti orange dans un courrier adressé au Col AWATE.

Lire Aussi :   Cybercriminalité : La société CIMTOGO réagit à une tentative d'escroquerie de ses clients
Lire Aussi :   Programme Seuil : le Président Faure Gnassingbé et le PDG par intérim du MCC revisitent les étapes à suivre

Au vu de tout ce qui précède, l’ANC estime que le parti au pouvoir a tout le loisir d’organiser ses manifestations publiques où et quand il l’entend, sans qu’aucun préfet ‘’ne lève le petit doigt’’, pendant que tous les ‘’subterfuges’’, même les ‘’plus iniques’’, sont mis en branle pour interdire des manifestations similaires aux partis de l’opposition et aux organisations de la société civile.

« C’est pourquoi notre parti, l’ANC, élève une vive protestation contre l’interdiction de son meeting à Agoe-Nyivé par deux fois et ne saurait accepter à l’avenir que ses manifestations soient interdites sous des artifices politiciens », souligne la note signée de Maître Isabelle Manavi AMEGANVI, 2e Vice-président de l’ANC.

Dans le même ordre, le parti dit dénoncer et condamner fermement les entraves posées par les pouvoirs publics au libre exercice des activités des partis politiques de l’opposition et notamment, les interdictions de leurs manifestations publiques pacifiques, « sous de fallacieux prétextes de sécurité et d’ordre public ».

Anika A.





Source link

Articles en relation