Route d’Adidogomé-Ségbé : Les riverains sous le charme de la qualité du travail de la société EBOMAF

17 0


©AfreePress-(Lomé, le 6 septembre 2022)-Autrefois, dans un état de délabrement avancé, la route Adidogomé-Ségbé a retrouvé un nouveau visage.

Après huit mois de OKtravaux, le tronçon long de 10 km a été rouvert à la circulation. Un ouf de soulagement pour les usagers et les riverains.

« C’est comme un rêve pour nous. On circule désormais en toute aisance sur cette route que nous empruntons quotidiennement. Dans moins de 15 minutes, on peut faire le trajet Atikoumé Sagbado, c’est fantastique », a confié à l’Agence de presse AfreePress, Dodzi Agbényo, homme d’affaires, résident à Sagbado Agotimé.

La rénovation de cette voie a un impact positif sur les activités économiques, se félicitent de nombreux usagers. C’est le cas, des commerçantes du marché d’Adidogomé Assiyéyé.

« Cette belle voie reconstruite pour nous fait booster nos activités économiques. À présent, nos camarades des communes voisines, et même du Ghana viennent facilement animer le marché avec nous. Ce qui fait avancer le business. Avant, compte tenu de l’état délabré de la route, certains clients potentiels ont décidé de ne plus venir chez nous. Ils ont opté pour d’autres marchés de la capitale. Mais depuis que la voie est rouverte, on revoit ces clients chez nous. La route est un facteur déterminant pour l’avancée des activités commerciales », a fait savoir, pour sa part, Mme Dangbuie Pascaline, présidente du Réseau des associations du marché d’Adidogomé Assiyéyé.

Presque tous les usagers de cette voie, rencontrés par l’Agence de presse AfreePress dans le cadre de cet article, se réjouissent de la qualité des travaux réalisés par le groupe EBOMAF.

Un autre avantage de cette nouvelle route, c’est la construction de caniveaux modernes. Ce qui a pour intérêt de réduire les cas d’inondations et des eaux stagnantes dans les quartiers environnants.

Un travail apprécié mais insatisfait

Dans l’ensemble, il est constaté que la rénovation de cette voie a grandement changé le visage des quartiers de la Commune du Golfe-7 et facilite la vie aux habitants.

Toutefois, elle ne séduit pas tout le monde. Certains mettent en avant l’étroitesse de la chaussée.

« Nous nous réjouissons de la nouvelle route, mais le gouvernement pouvait mieux faire. Pourquoi pas une route en 2×2 ? C’est ce qui devrait être l’idéale », relativise, Nicole Aziablé, étudiante en Mathématiques à l’Université de Lomé.

Selon elle, l’Etat risque dans les années à venir de reprendre tout à zéro pour élargir cette voie. « Si nous prenons le nombre de personnes et d’engins qui circulent au quotidien sur cette route, et si nous estimons la population de Ségbé, Akato, Sagbado, Logoté dans 10 ans, je vous assure que la nouvelle route reconstruite sera débordée. Et n’oublions pas que cette même voie est empruntée par des camions du Ghana. Actuellement, on est contents, mais dans 10 ans, on va encore serrer la mine sur cette route », prophétise-t-elle.

Le Sang coule de trop

Lire Aussi :   La 1re édition des « Retrouvailles Peuple Gê » balise la voie pour la réconciliation des fils et filles des Lacs

Lire Aussi :   Coup d’Etat en Guinée : Les putschistes interdits de voyager et leurs avoirs financiers gelés par la CEDEAO

Le problème de l’étroitesse de la nouvelle route Adidogomé Ségbé relevé par Nicole est également déploré par plusieurs usagers. Et ceux-ci pensent d’ailleurs que cette situation est à l’origine des multiples cas d’accidents enregistrés sur cette voie.

Presque chaque jour, un cas d’accident survient sur ce tronçon. Des accidents qui parfois causent des pertes en vies humaines.

« La situation est sérieuse. Si l’État n’agit pas promptement, cette route sera baptisée : le mouroir. Trop, c’est trop, nous avons déjà perdu des proches sur cette voie depuis le lancement du chantier jusqu’à ce jour. La voie est trop petite », fustige Yves Amouzou, revendeur de friperies au bord du tronçon Adidogomé-Ségbé.

L’Avis d’un expert

Memen Adam Aliou est moniteur d’un établissement d’auto-école sis à Adidogomé Avénou. Comme les autres intervenants, lui aussi reconnaît que la nouvelle route, Adidogomé-Ségbé n’est pas assez ‘’large’’. Toutefois, il relativise et estime que cela ne devrait pas être la cause des nombreux cas d’accidents recensés sur cette route.

« Le véritable problème sur cette voie, c’est le non-respect du code de la route. C’est un problème en général au Togo et si rien n’est fait pour ce qui concerne particulièrement la nouvelle route de Ségbé, la pilule serait très amère », prévient-il.

Il préconise que l’Etat implante davantage de panneaux de signalisation et des marquages le long de la route.

« Déjà, il y a quelques panneaux qui y sont implantés. Mais l’État doit continuer en mettant plus de panneaux de limitation de vitesse sur cette voie, à défaut de ça, il faut des dos d’âne. On doit aussi faire des marquages au sol pour situer les usagers dans la circulation. Parce que s’il n’y a pas ces marquages, celui qui utilise par exemple la moto, peut se retrouver au beau milieu de la chaussée et c’est aux véhicules de klaxonner pour réclamer le passage. Parfois, ce sont les motocyclistes qui klaxonnent pour demander aux véhicules de céder le passage sur la chaussée. Ce qui n’est pas normal et ça peut causer des accidents sur des routes comme celles d’Adidogomé Ségbé », instruit-il.

« Mais dans tous les cas, et à défaut des dos d’âne, des panneaux et du marquage au sol, les usagers doivent au moins respecter la limitation de vitesse sur cette voie. C’est pour leur propre vie. La limitation de vitesse recommandée dans une agglomération au Togo est de 40 Km/H. Les usagers doivent respecter cette mesure. Ça ne coûte rien de filer dans une agglomération, à moins qu’un panneau de limitation indique à un niveau donné d’accélérer », recommande-t-il.

La situation des accidents sur l’axe Adidogomé douane à Ségbé préoccupe également la mairie Golfe-7.

Entretemps, l’Adjoint au maire, Kossi Kové a, dans un message posté sur sa page Facebook, interpellé les usagers sur la nécessité de respecter les panneaux, surtout la limitation de vitesse. Le même exercice est fait par le maire Koffi Djikounou lui-même à plusieurs occasions, que ce soit lors des événements publics ou via des émissions radiophoniques. D’ailleurs, l’autorité communale informe que des mesures fortes sont envisageables et seront mises en œuvre prochainement pour stopper l’hémorragie.

Il faut rappeler que le projet de reconstruction de la voie Adidogomé Ségbé s’inscrit dans le cadre des travaux publics d’urgence du gouvernement. Outre la reconstruction complète de la voie, il est aussi lancé la réalisation d’un bassin de rétention d’eau de 5 hectares. Des travaux qui sont également en cours de réalisation.
Anika A. (+22891024439)

Lire Aussi :   Guéri de la Covid-19 : Le Directeur Général de radio Nana FM témoigne





Source link

Articles en relation