Après les écoles publiques, le ministre Dodzi Kokoroko promet de combattre le “désordre” dans les écoles privées du pays

78 0


©AfreePress-(Lomé, le 27 septembre 2022)-Le ministre des Enseignements, primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, Prof. Dodzi Komla Kokoroko annonce des contrôles dans les écoles privées du pays afin de s’assurer de la qualité de l’éducation.

C’est en tout cas ce qu’il a affirmé, dimanche 25 septembre 2022, sur radio Nana Fm, à la veille de la nouvelle rentrée scolaire 2022-2023,.

Intervenant sur les antennes de cette radio privée de la capitale, le ministre a fait le bilan de l’année écoulée et annoncé plusieurs mesures pour la nouvelle année tout en invitant le corps enseignant du public, du privé comme du confessionnel à plus de rigueur dans son travail pour accompagner les efforts du gouvernement.

« La formation des enfants à l’école relève de la responsabilité de l’État. Et en matière d’éducation, il y a les écoles publiques, privées, laïques et confessionnelles. Cela ne veut pas dire que les écoles privées et confessionnelles doivent faire ce qu’elles veulent. L’État doit impérativement avoir un regard sur tout ce qui se fait à tous les niveaux. Aujourd’hui, nous nous sommes donnés les moyens en termes de ressources humaines pour faire un travail rigoureux sur le terrain. Nous avons suffisamment d’inspecteurs (77 pour l’enseignement préscolaire et primaire et 140 pour l’enseignement secondaire général) et assez de conseillers pédagogiques (154) », a laissé entendre Prof. Dodzi Kokoroko.

Les décisions prises par le gouvernement dans le cadre de cette rentrée scolaire, a-t-il martelé, doivent impérativement être respectées par tous les acteurs du système éducatif.

Il est particulièrement revenu sur le plafonnement de la liste des fournitures scolaires par niveau d’étude au Togo. Pour le ministre, cette décision a été prise pour encadrer rigoureusement l’exécution des programmes en vigueur et permettre aux parents d’élèves d’assurer une gestion efficiente des dépenses liées à la rentrée scolaire.

Lire Aussi :   Cinéma : Les deux représentants du Togo au CLAP Ivoire, connus
Lire Aussi :   Arimiyao TCHAGNAO : « La liberté de presse existe belle et bien dans notre pays…»

« Les écoles qui disent ne pas être concernées par les décisions prises par le gouvernement se trompent. Avant, il n’y avait pas suffisamment de personnels d’encadrement. Mais cette année, nous allons surveiller de près ce que les écoles privées font. Nous reconnaissons l’importance et la contribution des écoles privées et confessionnelles dans l’éducation, puisque l’État seul ne peut pas tout faire. Mais il faut que ces acteurs sachent que tout doit se faire conformément aux directives du gouvernement et le ministère va veiller au grain. Et particulièrement, cette année, nous allons suivre de près l’enseignement dans les écoles privées afin de ramener l’ordre là où il n’y a en pas », a-t-il martelé dans cette émission.

Le gouvernement sans merci pour les prédateurs sexuels en milieu scolaire

Il a par ailleurs évoqué la question des grossesses en milieu scolaire.

« Il n’est pas normal qu’on se lève pour enceinter une élève. Ce sujet préoccupe vraiment le gouvernement. Un projet de loi se trouve déjà sur la table de l’Assemblée nationale. Une fois voté, nous allons rigoureusement sévir et décourager les gens qui auront l’intention d’agir ainsi », a-t-il prévenu.

Il faut rappeler que la rentrée scolaire 2022-2023 a effectivement démarré, lundi 26 septembre 2022, sur l’ensemble du territoire national. Ils sont près de 2,9 millions d’élèves à avoir effectué cette rentrée, selon les chiffres communiqués par le ministère en charge des Enseignements.

Raphaël A.

Lire Aussi :   WANEP-Togo en guerre contre l'extrémisme violent avec deux projets





Source link

Articles en relation