Ouverture à Lomé du 3e forum de la CEDEAO sur l’éducation à la culture de la paix

142 0


©AfreePress-(Lomé, le 27 octobre 2022)-Lomé abrite depuis jeudi 27 octobre 2022, la 3ème édition du forum de la CEDEAO sur l’éducation à la culture de la paix à travers le dialogue intra et inter-religieux.

Axée sur le thème : « Communautés, extrémisme violent et cohésion sociale en Afrique de l’Ouest », la rencontre co-organisée par la Commission de la CEDEAO et le Togo, vise à renforcer les mécanismes de dialogue au sein des différentes communautés, de cultiver la compréhension mutuelle, l’esprit de tolérance et la coexistence pacifique entre les religions, à travers l’éducation à la culture de paix.

Les travaux de ce forum ont été officiellement lancés par le Ministre des Affaires Étrangères, de l’Intégration régionale et des Togolais de l’Extérieur, Professeur Robert Dussey en présence de plusieurs autres membres du gouvernement et représentants des organisations internationales.

Pendant trois jours, les participants représentant les États membres de la CEDEAO, dont des dirigeants politiques et institutionnels, des ministres en charge des affaires religieuses, des jeunes, leaders religieux, représentants des religions, de la société civile et des personnes-ressources, sont appelés à explorer les pistes et les mécanismes de consolidation du dialogue intra et intercommunautaire et de renforcement de la cohésion sociale et de la résilience dans la région ouest-africaine.

La CEDEAO attend lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent en adoptant pour davantage de préventions par l’engagement communautaire et le renforcement de la résilience.

« La lutte contre le terrorisme consiste aussi, désormais, en des actions destinées à prévenir la haine ethnique, la radicalisation et l’extrémisme violent et à cultiver le vivre-ensemble et la tolérance religieuse. A cet égard, la contribution des leaders et acteurs religieux ainsi que l’implication des leaders communautaires est décisive en ce sens qu’ils peuvent sensibiliser voire influencer positivement les choix, les comportements et les convictions des membres de leurs communautés ou fidèles », a indiqué le Commissaire en charge du développement humain et des affaires sociales de la Commission de la CEDEAO, Prof. SARR Fatou Sow.

Le Togo résolument engagé pour la paix et la stabilité sur le continent se voit concerné par la démarche de la CEDEAO qui mise sur la prévention.

Lire Aussi :   Semaine culturelle dans les écoles : Les choses ne seront plus comme avant

Lire Aussi :   Sécurité maritime : Le Togo juge plusieurs pirates arrêtés dans le Golfe de Guinée

« Pour une coexistence pacifique durable dans la région, il nous faut construire à l’échelle de nos Etats et dans tout l’espace CEDEAO une résilience sociétale qui suppose un effort soutenu de mutuelle compréhension, de tolérance, de dialogue et de dépassement de soi pour réapprendre à vivre-ensemble. Qui veut la paix, éduque à la paix. La paix n’est pas qu’absence de belligérance. Elle est l’œuvre du quotidien, le résultat de l’engagement au quotidien pour dépouiller nos vivre-ensembles des relents bellicistes, du poison de l’intolérance et des affrontements intra et intercommunautaires », a déclaré le Chef de la diplomatie togolaise, Prof. Robert Dussey, dans son discours de lancement.

Pour le ministre togolais, en faisant reculer les frontières « de l’ignorance, de l’intolérance, des fondamentalismes et des extrémismes religieux », les Etats pourront arriver à rétablir le lien originel entre religion et paix, religion et cohésion sociale.

« (…) Pour construire la cohésion sociale dans les contextes difficiles actuels de nos Etats et de notre région, il faut agir sur les dynamiques conflictuelles, les antagonismes et errements catastrophiques entre communautés susceptibles d’alimenter et de fournir de carburant à l’extrémisme violent », a-t-il rappelé.

Selon les données présentées, les attaques ont connu une recrudescence ces dernières années passant de 833 en 2020 à 1902 en 2021. Le nombre de victimes au cours de la même période a aussi fortement augmenté, passant de 2137 en 2020 à 4 935 en 2021.

Des recommandations “pertinentes” et des propositions d’actions “concrètes” sont attendues du forum de Lomé, afin d’aider les Etats, à relever les défis liés à la cohésion sociale, à la paix et à la stabilité.

Raphaël A.

Lire Aussi :   Deux morts à Bafilo après l’incendie d’un camion-citerne





Source link

Articles en relation