Harcèlement en milieu du travail : L’ITF-Togo plaide pour la ratification de la Convention 190

64 0


©AfreePress-(Lomé, le 27 novembre 2022)-« Les statistiques sur le plan national révèlent que près de trois femmes sur dix (29 %), ont subi des violences physiques depuis l’âge de 15 ans. Cette proportion est plus élevée parmi les femmes en rupture d’union (41 %) et environ une femme sur dix (11 %) a subi des violences sexuelles à n’importe quel moment ».

C’est en tout cas, la situation alarmante présentée à la presse, vendredi 25 novembre 2022 à Lomé, par le réseau des femmes de la Fédération Internationale des ouvriers du Transport (ITF-Togo).

Marquant la Journée internationale pour l’élimination de la violence et le harcèlement en milieu du travail, cette sortie médiatique a été l’occasion pour  ITF-Togo d’exhorter les autorités togolaises à ratifier la convention 190, adoptée par la communauté internationale depuis le 21 juin 2019 à Genève.

« Ce texte est une norme internationale très inclusive. Elle a été adoptée à Genève par les gouvernants, les travailleurs et les employeurs. C’est une convention qui protège tout le monde. La violence et le harcèlement ne datent pas d’aujourd’hui. Le phénomène existe dans tous les secteurs, au niveau de tout travailleur, chaque catégorie confondue. Ce n’est plus seulement les femmes et les filles qui sont harcelées, les hommes sont également concernés. C’est pourquoi nous demandons à nos autorités d’adopter ce texte qui va énormément contribuer à l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail », a laissé entendre Mme Manavi ANIKA, présidente du réseau des femmes ITF-Togo.

Selon les experts de l’ Organisation internationale du Travail (OIT), le gouvernement togolais qui avait participé à la séance d’adoption de la C190 en juin 2019 à Genève, a déjà déposé le projet de ratification sur la table de l’Assemblée nationale, ceci, depuis le 17 septembre 2019.

Lire Aussi :   La COOPEC TOGO PORT veut accompagner les acteurs portuaires à assurer leur retraite La Coopérative

Lire Aussi :   Commune Golfe-4 : Tête-à-tête entre Jean-Pierre Fabre et l’ambassadrice de France au Togo

« Des courriers ont été envoyés courant octobre 2022 aux autorités compétentes pour solliciter des séances de travail en début novembre 2022, mais aucune réponse n’a été donnée de la part de ces autorités pour la période sollicitée. Lors de la célébration de la Journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes en 2020, le Chef de l’Etat, son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé, rappelait l’engagement du Togo sur la question (…) Cette volonté de renforcer les droits de la femme au Togo s’est traduite au cours de cette année 2022 par le vote de 05 lois utilitaristes pour renforcer l’arsenal juridique du pays. Mais, force est de constater que ces lois prennent en compte seulement certains secteurs et catégories de la population et n’est pas inclusive. Malgré cette volonté du Chef de l’Etat, l’on se demande ce qui empêcherait la ratification de cette convention 190 de l’OIT depuis près de 03 ans », déplorent Manavi ANIKA et les siennes.

Elles saisissent de l’occasion pour exhorter le Premier ministre, Mme Victoire Tomégah-Dogbé, la Présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Tségan et le ministère de la Fonction publique, du travail et du dialogue social à prendre au sérieux cette affaire.

« Il faut forcément ratifier cette convention pour sauver les hommes, les femmes, les jeunes filles et jeunes gens de notre pays », recommande le réseau de l’ITF-Togo.

Anika A.

Lire Aussi :   Togo : Des journalistes à l’école de la communication en période de crise





Source link

Articles en relation