Grève à TOGOCOM : La Direction générale prend ses dispositions et rassure les clients

73 0

©AfreePress-(Lomé, le 30 novembre 2022)- « En application des dispositions de l’article 326 du Code du Travail à l’expiration du préavis, et en cas d’échec des négociations, les travailleurs peuvent cesser le travail sous réserve : a) D’organiser en concertation avec l’employeur, un service minimum dans l’entreprise ou l’établissement afin d’éviter les accidents et d’assurer la sécurité et la protection des Installations et des équipements ainsi que la continuité de l’activité : b) De respecter la liberté de travail des salariés non-grévistes : c) De s’abstenir de la dégradation des biens, de porter des coups volontaires, de séquestrer l’employeur, ses préposés ou l’autorité administrative. L’organisation ou les organisations syndicales à l’origine du préavis de grève sont tenues de collaborer avec l’employeur en vue d’assurer le service minimum obligatoire ».

 

C’est ce qu’a rappelé le Directeur Général par intérim de TOGOCOM, Tarik BOUDIAF dans une note de service publiée mardi 29 novembre 2022, à l’intention de ses employés.

 

L’idée est de recadrer le personnel de cette société de téléphonie mobile qui a annoncé maintenir sa grève de deux jours à compter de ce mercredi 30 novembre 2022. Ceci, malgré les rencontres tenues les 23, 25 et 29 novembre 2022 avec la direction générale du groupe TOGOCOM sous l’égide du ministre de la fonction publique, du travail et du dialogue social.

 

Compte tenu de la situation particulière de TOGOCOM, classée parmi les entreprises fournissant un service essentiel, la Direction Générale du Groupe s’est organisée pour garantir le service minimum et l’essentiel ainsi que la sécurité des travailleurs présents, poursuit la note.

Lire Aussi :   Concours sur le civisme fiscal : L’OTR récompense les lauréats de la 2e édition

 

Pour M. Tarik BOUDIAF, pendant les heures de service, le temps de travail des personnes présentes sera rémunéré sous réserve qu’elles signent la feuille de présence auprès de leur hiérarchie.

 

« Quelle qu’en soit la durée, la cessation du travail au cours d’une journée, est considérée comme un jour entier de grève. Toute grève entraîne une réduction ou une privation du salaire et des accessoires pour toute la durée de la grève, à l’exception des allocations familiales, sans préjudice des sanctions disciplinaires ou des poursuites judiciaires pour les fautes personnelles commises à l’occasion de l’exercice du droit de grève », a-t-il notifié.

 

Selon les informations parvenues à l’Agence de presse AfreePress de sources officielles, cette grève est maintenue malgré la satisfaction de certaines revendications par l’employeur.

 

« A l’issue des échanges et discussions de mardi, la direction générale du groupe TOGOCOM, a fait preuve d’ouverture et accédé favorablement à certaines revendications des travailleurs en s’engageant dans le cadre de la finalisation de la convention collective à accorder les mesures suivantes : l’amélioration de la grille ou de la valeur indiciaire des agents du groupe précédemment issus de Togo Télécom afin de réduire significativement l’écart entre les deux valeurs indiciaires et par voie de conséquence, les anciennes grilles de rémunérations de Togo Cellulaire et de Togo Télécom, l’harmonisation des indemnités, primes et avantages sociaux entre Togo Cellulaire et de Togo Télécom sur les montants les plus élevés indépendamment de leur ancien statut respectif, une mesure incitative sous la forme d’une indemnité d’un montant appréciable en faveur des travailleurs de Togo Cellulaire », informe un communiqué conjoint rendu public mardi 29 novembre 2022, par le ministre de la fonction publique, du travail et du dialogue social, Gilbert Bawara et la ministre chargée de l’Economie numérique, Cina Lawson, invitant les employés à suspendre leur préavis, au regard des avancées enregistrées.

Lire Aussi :   Vaccins anti-covid-19 : Le Togo de nouveau ravitaillé par les Etats-Unis

 

Raphaël A.

Articles en relation