Terrorisme dans les Savanes : Une enveloppe de 259 milliards F CFA pour y faire face

71 0

©AfreePress-(Lomé, le 4 décembre 2022)- L’Etat togolais met le paquet pour faire face à la menace terroriste, qui se fait de plus en plus présente dans la partie nord du pays.

Dans cette optique, il est mis en place un plan d’urgence d’un montant de 259 milliards de F CFA pour la région des Savanes, et par après, pour l’ensemble du territoire national.

Cette annonce est faite par le ministre de l’Économie et des Finances, Sani Yaya, dans une interview accordée à « Jeune Afrique », en marge du sommet de l’Africa Financial Industry Summit (AFIS) tenu à Lomé les 28 et 29 novembre 2022.

Selon le ministre, la lutte contre le terrorisme au Togo, se fait sur deux fronts notamment le front sécuritaire et le front social.

« L’objectif est d’apporter plus d’inclusion et, en même temps, de lutter contre l’extrême pauvreté et donc d’éviter qu’il y ait des tentations de rejoindre des groupes djihadistes au sein de ces populations… L’objectif du plan d’urgence des 259 milliards de F CFA est de réduire les vulnérabilités et de construire les infrastructures sociales et économiques de base : écoles, dispensaires, pistes, ponts… Notre budget 2023 prend en compte l’ensemble de ces préoccupations et orientations. Près de 50 % du budget est consacré aux secteurs sociaux. C’est plus de 600 milliards de F CFA », a-t-il indiqué.

Outre cette mesure financière, M. Yaya compte sur le niveau de résilience des Togolais face aux différentes crises qui secouent le pays que ce soit à cause des attaques terroristes, de la guerre en Ukraine, de la Covid-19 ou des sanctions infligées aux pays voisins.

Lire Aussi :   La question de la monnaie abordée lors de la 58e session ordinaire des chefs d’Etat et gouvernement de la CEDEAO

« N’oubliez pas notre résilience. En 2020, notre croissance a atteint 2 %, alors que le monde, et même la sous-région étaient en récession. En 2021, notre croissance était de 6 %, elle est de 5,8 % cette année, et nous projetons 6,6 % l’an prochain. Nous nous donnons les moyens pour pouvoir faire face à ces vulnérabilités. Quant à la lutte contre la pauvreté, elle reste prioritaire. Dans le budget 2023, les secteurs sociaux voient d’ailleurs leur part augmenter d’environ 4 à 5 % », a rappelé le responsable des affaires financières et économiques du Togo.

Aussi, le ministre a rassuré par rapport à des dispositions nécessaires prises par l’autorité pour renforcer cette résilience de la population et surtout, soutenir les plus vulnérables de la société.

L’autre aspect évoqué par Sani Yaya pour accélérer le développement du pays, est lié au climat des affaires dont dispose le Togo pour attirer les investisseurs internationaux.

« Les investisseurs étrangers, qu’est-ce qui les attire ? En ce qui concerne notre pays, nous pensons que c’est d’abord le climat des affaires, un cadre macroéconomique stable et les réformes structurantes que nous menons. Mais, effectivement, la Zlecaf est aussi un immense marché qui va sans doute attirer les investissements étrangers », a-t-il fait savoir.

Anika A.

Articles en relation